QUAND LA MORT 
OFFRE LA VIE
Isabelle Gendron
Directrice générale Fondation Diane Hébert
Courriel -  fondation.dianehebert@videotron.ca

L'église Animiste de notre Temps... la Réflexion

Malheureusement, je n'ai pas beaucoup d'information sur la situation du don d'organes en France à part le fait que vous avez un peu plus de 20 donneurs par million d'habitants et que vous avez adopté le mode de consentement présumé. Du côté du Québec, les statistiques les plus récentes révèlent un taux de 18 donneurs par million (comparativement à 14 pour le Canada) et notre mode de consentement est volontaire. Chez nous, étant donné que l'accès aux soins de santé est universel, chaque citoyen québécois possède une carte d'assurance maladie qui est présentée par le malade pour l'obtention de soins gratuits. C'est donc notre carte d'assurance maladie qui est porteuse d'un autocollant qu'on y appose lorsqu'on a pris notre décision de faire don de nos organes à notre décès. Par contre, tout comme vous, le consentement de la famille est requis avant de procéder au prélèvement d'organes.

Ce qui pourrait m'apparaître intéressant est l'organisation des services offerts dans le domaine du don et des transplantations chez nous. Bien sûr, nous avons un organisme sans but lucratif unique qui procède à la coordination des dons d'organes vitaux. Cet organisme est en lien direct avec une dizaine de centres de transplantation et une soixantaine de centres hospitaliers qui réfèrent des donneurs potentiels. 

C'est un autre organisme sans but lucratif qui coordonne le transport des organes et des équipes médicales. Cet organisme est constitué de policiers bénévoles habilités à conduire les véhicules d'urgence spécialement apprêtés à cet effet. 

Bien sûr, nous ne sommes que 7 million d'habitants environ ce qui fait que nos centres de transplantations sont concentrés dans trois villes de la province : Montréal, Québec et Sherbrooke. Seule Montréal (la moitié des habitants de la province y habite, sinon en ville, ou en banlieue immédiate) offre toute la gamme des transplantations : cœur, poumon, rein, foie, pancréas. À Québec, on peut y bénéficier de la greffe cardiaque ou rénale tandis que Sherbrooke n'offre que la greffe du rein. 

Comme la greffe du cœur et des poumons exige que le bénéficiaire potentiel réside à moins de deux heures de route de son centre de transplantation, ces organes ne se conservant que 4 à 5 heures après le prélèvement, Montréal possède un centre d'hébergement qui accueille les patients qui habitent en région éloignée pendant leur période d'attente. Ce centre d'hébergement est également géré par un organisme sans but lucratif. 

Finalement, l'organisme que je dirige s'occupe d'aider les patients en attente en les informant sur l'ensemble des ressources disponibles (transport, hébergement, financement, services offerts par les centres de transplantation, etc.), en les orientant vers les différentes ressources de leur milieu, en les aidant à se créer ou à joindre un réseau d'aide, en les aidant financièrement pour leur transport et leur hébergement, en leur prêtant des appareils médicaux spécialisés (principalement en oxygénothérapie), en leur offrant du parrainage avec une personne greffée, et en leur donnant des informations sur la greffe. L'ensemble de nos services tendent à informer et encadrer le patient le mieux possible afin de l'aider à abaisser son niveau de stress au maximum et donc à prendre les mesures nécessaires à lui permettre de se rendre à la transplantation dans les meilleures conditions. 

Pour ce qui concerne les patients greffés, nous parrainons l'équipe des athlètes transplantés qui participent à des compétitions nationales et internationales. Pour ceux économiquement moins bien nantis, nous offrons également des nuitées en chambre d'hôtel près de leur centre de transplantation lorsqu'ils viennent rencontrer leur équipe de transplantation pour leur suivi post-greffe. 

De façon générale, nous pouvons dire que ce sont les organismes sans but lucratifs qui pourvoient à l'ensemble des services permettant à tout un chacun d'être soutenu dans son projet de transplantation. Tous les organismes de ce milieu travaillent de concert, s'entraident et se réfèrent les uns les autres. 

Au risque de me répéter, encore dans ce domaine-ci, je n'ai que très peu d'information sur ce qui se fait en France. Il m'est arrivé une seule fois d'essayer d'aider une famille française dont le chef de famille était en attente d'une greffe coeur-poumons, et ce, par le biais d'internet. Je me suis bien vite aperçue que les services offerts chez vous différaient de beaucoup des nôtres et ma plus grande frustration a été de ne pas connaître assez bien ce qui se faisait en France pour pouvoir appuyer adéquatement cette famille dans ses démarches. Bien sûr, notre champs de spécialisation ne s'étend pas outre-frontière. Il faut dire que nous avons plus de 900 patients actuellement en attente de greffe dans la province, ce qui nous occupe assurément l'année durant. Au moins deux nouveaux patients téléphonent à nos bureaux chaque semaine. 

Expérience de mort imminente  le Culte des Morts  L'Immortalité

Retour début de la page

 

Le retour à la page  Sommaire

 

Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web. Copyright © 2004. Concept site web : Antoine Oyabi.