Le Livre de Thot de la Tradition Primordiale

 

Il est sans aucun doute, le livre le plus important jamais écrit, mais également le plus mystérieux.

Un des livres les plus mystérieux est le Livre de Thot, qui date de l’Égypte ancienne. La légende veut que Thot, le dieu égyptien de la sagesse et de la connaissance, possédait un grand savoir lui conférant une emprise sur le monde entier. Il a offert aux hommes la littérature et était le chroniqueur des dieux.

Il était représenté sous la forme d’un humain avec une tête d’ibis et son culte dans la ville d’Hermopolis, lié à un monde souterrain, est entouré d’un halo de mystère.

 Le Livre de Thot est pour la première fois mentionné dans le papyrus de Turin, où est décrit un complot contre un pharaon à l’aide de la magie. Plus tard, le livre, en possession de Khâemouas et, un des fils de Ramsès II, fait une nouvelle apparition. Il était, paraît-il, possible, grâce à ce texte, de regarder le Soleil sans cligner des yeux, d’exercer un pouvoir sur les mers, la terre et les étoiles, de découvrir les secrets du langage des animaux, de ressusciter les morts et d’agir à distance.  

Vers 300 avant notre ère, Thot fait une nouvelle apparition: il est mis en relation avec Hermès Trismégiste, le fondateur de l’alchimie. À cette époque, chaque « mage » d’Alexandrie affirmait posséder le Livre de Thot. Ainsi, le Livre de Thot a été diffusé en étant cité dans des textes, des fragments isolés étant rapportés. Au Moyen Âge et sous l’Inquisition, ceux qui propageaient des manuscrits mystérieux étaient impitoyablement brûlés, mais le savoir refaisait chaque fois surface, bien que personne n’ait jamais vu le Livre de Thot imprimé ou reproduit d’une quelconque façon.

Au XVe siècle, une légende raconte qu’une société secrète diffusait un abrégé du Livre de Thot sous la forme de cartes dites de tarot. C’est ce qu’écrit dans ces travaux le chercheur français Antoine Court de Gébelin. Il affirme avoir trouvé ces connaissances dans un livre de l’Égypte ancienne qui a survécu à l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie.

Dans son Histoire de la magie, Paul Christian (Jean-Baptiste Pitois), bibliothécaire du ministère de l’Instruction publique sous Napoléon III, indique également que les plus grands secrets des sciences de la civilisation égyptienne et les principaux points du Livre de Thot se retrouvent dans les cartes de tarot.

Les XIXe et XXe siècles sont pleins d’histoires de mages et d’alchimistes ayant eu entre leurs mains le Livre de Thot, mais personne ne l’a montré au monde. Aujourd’hui, la Bibliotheca Alexandrina conserve plusieurs feuilles disparates du papyrus du Livre de Thot.  

Mais qui était Thot et pourquoi un texte remontant à l'époque des constructions des pyramides exerce-t-il une telle fascination sur l'homme actuel ?
L'Égypte antique était admirative du dieu Thot, il était en effet doué de pouvoirs extraordinaires. Il était le secrétaire des divinités et était le dieu de la sagesse, de la guérison et de la magie. Il aurait selon la légende, transmis aux humains mortels un livre censé conférer à ses lecteurs des pouvoirs aux dimensions hors normes.
Un exemplaire du manuscrit original aurait été, toujours selon la légende, enterré aux côtés d'un magicien qui l'aurait auparavant lu et aurait ainsi découvert les secrets des étoiles. Il en a existé une version grec (pas tout à fait conforme), mais elle a été proscrite avec l'émergence du christianisme, pour revenir en force et quelque peu modifiée après la Renaissance. Il est étonnant de voir sa version de la place de l'homme dans le monde puisque l'homme serait à mi-chemin entre les anges et les animaux. Mais il aurait tout de même un rôle très important puisqu'il serait co-créateur aux côtés de dieu. Cette vision de l'humanité est tout à fait séduisante n'est-ce pas ?

Les premiers Francs Maçons se seraient inspirés de l'Égypte ancienne pour fonder leur ordre, ils étaient en effet fascinés par la vision positive de l'humanité sous le regard de Thot. Ils ont d'ailleurs adopté l'imagerie égyptienne comme l'on peut le constater dans certaines loges maçonniques. Une théorie veut que le livre de Thot fût été un jeu de carte, l'ancêtre de notre tarot actuel. Quoi qu'il en soit, il a existé au moins trois déclinaisons du livre de Thot, après quant à savoir si elles ont été fidèles au manuscrit d'origine, c'est une autre histoire.

Les égyptologues sont aujourd'hui capables de décrypter la plupart des papyrus et donc les hiéroglyphes égyptiens. Ils se sont rendu compte que des références au livre de Thot étaient régulièrement mentionnées. La magie est également très présente. C'est ainsi qu'ils ont appris que le livre de Thot n'explique pas la magie, mais permet de mieux comprendre le monde qui nous entoure, qu'il soit visible ou invisible.
Les égyptologues se demandent aujourd'hui si le livre de Thot a réellement existé en tant qu'objet, mais les croyances sont solidement ancrées et beaucoup de gens continuent à croire en son existence. La légende de Thot est vieille de 5 000 ans et sa magie n'est pas prête de s'éteindre à ce qu'il semble.

Le terme « Tarot » dériverait de deux mots égyptiens: Tar, « voie » ou « chemin » et Ro, qui réfère à «roi » ou « royal ». Ce qui pourrait se résumer par « voie royale de la vie ». Peut-être s’agit-il d’une référence, ou bien de la déformation des noms des dieux égyptiens Ptah, « Maître de la Création » et Râ, « dieu-Soleil ». Dans ce contexte, on parle peut-être de Ra Ta, Grand Prêtre égyptien prétendu descendant des Atlantes; ou du Taroet, « celui que l’on consulte ».

On a aussi rapproché le terme « Tarot » du nom des textes sacrés de la tradition juive, la Torah qui signifie « Roue De l’Existence »
L’alphabet hébreu est constitué de 22 signes (lettres). C’est l’alphabet paléohébraïque, daté aux environs du XII siècle avant J.C utilisé par les hébreux après leur sortie d’Egypte certainement au XII siècle aussi. 
En fait, cet alphabet aurait été élaboré à partir de glyphes égyptiens par divers peuples. Et effectivement si les 22 Arcanes Majeurs du Tarot sont bien dans leur genèse égyptiens et bien ces Lames représentent bien des lettres hébraïques à l’origine.

L’hypothèse d’une origine égyptienne du tarot vient d’Antoine Court de Gébelin

[…] En vertu d’une tradition qui, comme toutes les traditions, est périodiquement réinventée, le tarot s’est vu attribuer, à la fin du XVIIIe siècle, une origine égyptienne. Depuis Court de Gébelin (1781), les amoureux du mystère se penchent sur les feuillets mobiles du Livre de Toth dans lesquels ils voient une représentation symbolique de l’Univers, qui aurait survécu au naufrage des civilisations et serait parvenue jusqu’à nous sous forme de jeu.

Le Tarot Égyptien

Les dessins, les signes, les symboles, les hiéroglyphes… ont été dans la voyance égyptienne, des outils qui permettaient l’accès aux connaissances et au monde ésotérique. Ils ont été aussi créés dans le but de révéler les éventuels évènements à venir. L’Egypte est connue comme étant la première civilisation à effectuer des jeux de tirage de carte (papyrus, tablettes …) et à les interpréter. L’origine de la culture de l’interprétation est sans nul doute contenue dans le livre de Thot.

Le tarot Égyptien est divisé en 12 catégories appelées aussi lames dont :

7 à aspect positif : Osiris, Isis, Bastet, Scarabée, Le Nil, Hator, Horus. Le fait de tirer l’une de ces lames annonce de la réussite, des fêtes, le commencement, des nouveaux projets, des dons, etc..

7 négatifs : Sekhmet, Barque, Anubis, Min, Seth, Bès, Miroir. Ces cartes reflètent en général les mauvais caractères des personnes, les désordres dans leurs vies, les mauvaises surprises, la douleur, l’échec…

7 neutres : Néfertiti, Thot, Papyrus, Obélisque, Lotus, Imhotep. Ce que cette catégorie de lame révèle, c’est l’existence de moyens, de routes, d’un avenir qu’il faut exploiter, de la possibilité de changement et de transformation

3 qui évoquent le destin : Pyramide, Râ, Sphinx.

1 de protection : Croix de vie. Une carte dont le rôle principal est de libérer des mauvaises situations, et de renforcer les bonnes positions.

Certes, Le Livre de Thot a été conçu et mis en forme par des guides anonymes selon l'idée que la Tradition Primordiale qu'il conserve et transmet aux initiés ne survit pas à travers une organisation quelconque, car toute organisation humaine ne peut que se limiter à embaumer, momifier, rigidifier et trahir ce à quoi elle a eu accès. C'est pourquoi ce Grand Livre de la Nature et de l'Univers n'est pas écrit avec un alphabet particulier, mais avec le langage universel des symboles communs à l'ensemble de l'humanité, qu'il n'appartient à aucune école de pensée en particulier, que personne ne peut en revendiquer la paternité, mais qu'il reste à la disposition, individuellement, de celui qui présente les qualités requises pour recevoir son enseignement, ce qui peut justifier une vie entière pour l'approcher dans sa globalité, traduisant en cela la loi énoncée par ceux, anonymes, qu'il convient de désigner sous le générique de Saint Jean : “Le vent souffle où il vent, tu entends sa voix mais tu ne sais ni d'où il vient ni où il va,  ainsi en est-il de quiconque est né de l’Esprit”. 

Retour début de la page

En savoir en plus:

Le livre de Thot   L'entretien avec Thot   animisme  Le destin de Cham fils de Noé

Le retour à la page  Sommaire 

 

 

Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2016.  Conception du site  web : Antoine Oyabi.