Accueil Contactez-nous Sommaire Recherche 

 

Eglise Animiste de la Première Alliance Cosmique avec OSIRIS

 

 

 

Le Mystère de la Féminité de Dieu  

L’Eden souffrait d’une absence, celle de la femme.  Mais, la délibération divine va annoncer solennellement la création du deuxième sexe, qui par-là introduirait la sexualité et la différenciation de sexe entre les humains. Et,  par conséquent, la femme partage avec l’homme la condition créaturelle de l’humanité. Cette approche spirituellement, traduit au féminin, l’histoire des comportements des femmes initiées, au secret de « Ève », symbolisé par le culte enchanté de « Trois Feuilles d’Or » La Déesse « Ève » représente toujours la mère cosmique de la fécondité universelle.   

Ainsi, le culte de « trois Feuilles » demeure la consécration de la vie, de l’amour à la sagesse, et assimiler à la grande « ISIS » ( Déesse, sœur et femme d’Osiris et mère d’Horus, type de l’épouse et de la mère idéale, son culte connut hors de l’Égypte dans le monde gréco-romain), et l’inscription gravée sur la statue à Saïs, traduit : 

« Je suis tout ce qui a été, tout ce qui est, et tout ce qui sera, et mon voile aucun mortel ne l’a encore soulevé ». Car, pour rentrer dans le SANCTUAIRE interdit de la femme et soulever son voile, il faut être initiale, aux secrets de TROIS FEUILLES D'OR. Cependant, il faut être prêt psychologiquement, sous peine de souffrance grave, allant jusqu’à l’égarement complet de l’âme.

Ici, le voile est ce qui sépare deux choses, et signifie selon qu’on le met ou qu’on l’enlève la connaissance cachée ou révélée. Le retrait du voile ou des voiles d’Isis représente la révélation de la lumière et réussir à soulever le voile d’Isis, c’est devenir immortel. Mais, alors cet homme réussit à soulever le voile de la déesse de Saïs (Égypte anc.), mais que vit-il ? Il vit le miracle des miracles : « Lui-même, en son corps d’éternité. Comme toujours, les femmes initiées détiennent le pouvoir social et religieux, à la fois prêtresse qui, assure la préparation des mariages les danses et cérémonies rituelles. Après la prêtrise, c’est une épouse sublime, qui assure la gestion du foyer conjugal, et originellement séductrice, elle oriente l’art de beauté et de la séduction, au cœur de la vie humaine.»

Et,  l’« art de séduction », me direz-vous, reste profondément au cœur de la problématique de la condition de femme, quel que soit son âge. La communauté des femmes reste complexe, subtile, et la femme animiste adepte de trois feuilles d’or, l’essence qui vivifie en rattachant la création au créateur,  symbolise l’ouverture, l’intelligence et la force motrice par laquelle vit tout ce qui bouge.

  En outre, le corps de la femme ne cesse de surprendre, en prêtant qu’aucune femelle, dans le monde animal ne porte d’ « HYMEN », et, comme si, le créateur avait voulu marquer la différence entre l’accouplement animal et l’UNION CHARNELLE dans l’humanité, comme s’il avait voulu rendre solennel le commencement de la pratique SEXUELLE des humains. 

Toutefois, avec l’homme, la femme découvrit la connaissance du bien et du mal. La tablette indique :  « Les yeux de l’un et de l’autre s’ouvrirent, ils connurent qu’ils étaient nus, et ayant cousu les feuilles de figuier, ils s’en firent des ceintures. » (Gn.3,7), et c’est surtout le début, la naissance de la pudeur dans les relations interindivuelles. Un fort engagement auprès de son semblable  Adam, dans les prémices d’éveil de la pudeur.

Le doute, le désir, la tentation caractérise le récit de premier amour de nos ancêtres universels, et laisse imaginer au moins ces mobiles pour la découverte des sentiments humains chaleureux.

Et, bien que la découverte de la beauté absolue bénisse l’élan de prospérité de l’« amour conjugal »,  en outre ce secret dans le temps a conduit la femme à l’apogée dans son art de séduction, indispensable à la démographie humaine et à tout ce qui porte l'art du plaisir.

Car, la beauté, le plaisir vit dans les entrailles du monde visible et invisible, elle fait tourner le soleil et les autres étoiles. Elle empêche le monde de mourir, le soutient et ne cesse jamais de l’engendrer.

 Le Culte de Séduction  le culte des ancêtres  Comprendre le mariage animiste  Immigration Africaine  La mort imminente  les hommes protègent la nature

 

Retour début de la page

  Le retour à la page  Sommaire

 

 




 

 

Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2013.