SUD-SOUDAN : La Naissance d'une Nation.

Les bergers sont nombreux au Sud-soudan. Ici, des Dinkas. Animistes ou chrétiens, et très hostiles à l'islamisation, ils se sont battus en masse contre le Nord. (Cédric Gerbehaye/Agence VU).

Le 9 juillet prochain devrait être proclamée l'indépendance de la région du Sud-Soudan, malgré la reprise des combats avec le Nord musulman, qui rechigne à accepter cette partition. Car ce nouvel État à dominante chrétienne suscite toutes les convoitises pour ses richesses pétrolifères. Un pays à peine né, et déjà fragilisé...

Debout au premier rang des fidèles, le prochain président du nouvel État africain du Sud-Soudan se balance doucement au rythme des cantiques. Salva Kiir, ancien guérillero en boubou violet, grand, mince, très droit, bat la mesure de ses mains fines en chantant avec les fidèles. C'est un dimanche de janvier dans la cathédrale de Juba, future capitale de 1 million d'habitants aux toits de tôle ondulée et aux rues défoncées. Un dimanche particulier: ce jour-là, l'archevêque, Mgr Paulino Lukudu Loro, célèbre aussi bien la messe que la naissance de l'Etat. Les bureaux de vote viennent de fermer. Théâtral, l'archevêque fait porter sur l'autel une urne en plastique, «symbole de toutes les urnes du Sud-Soudan», dit-il. «Je demande à ceux qui vont dépouiller de ne pas tricher», s'enflamme-t-il. Avant de conclure par une plaisanterie qui fait rire l'assistance: « Et j'espère qu'ils ne boivent pas!» En réalité, tout le monde connaît déjà le résultat: un scrutin massivement pour l'indépendance, qui se traduira par 98,83 % de votes positifs sur quelque 4 millions d'électeurs.

Même au bord du Nil, comme ici, la terre est pauvre et les troupeaux (bovins, ovins et caprins) sont efflanqués. (Cédric Gerbehaye/Agence VU).

Le 9 juillet prochain, au terme d'une période de transition de six mois, le Sud-Soudan autonome va devenir le 193 ème État sur la carte du monde. Son chef sera catholique. Et il aura du pétrole. En se séparant du Nord, il emportera 80 % environ des quelque 500.000 barils/jour produits actuellement. L'événement est inédit. La géographie africaine contemporaine était fondée sur un interdit : on ne touche pas aux frontières de la colonisation. Le tabou a volé en éclats. Il faut dire que le Soudan, plus vaste État d'Afrique, grand comme presque cinq fois la France, n'a jamais vraiment constitué une nation. Sous la domination égyptienne, le Sud peuplé de pasteurs africains était vu par le Nord comme une terre de razzias et un réservoir d'esclaves. Les Britanniques, eux, tracèrent une frontière symbolique au sud de laquelle les missionnaires, particulièrement l'ordre italien des Comboni, pouvaient évangéliser librement. Et dès l'indépendance de 1956, une guerre civile Nord-Sud a commencé. La division était autant ethnique que religieuse. Les rebelles du Sud, animistes et chrétiens, mais aussi musulmans, se sont appelés Armée de libération du Soudan. Ils se sont d'abord battus pour un Soudan unifié où tous seraient égaux. Et puis, au fil des années de guerre sans merci contre un gouvernement dirigé depuis le coup d'État militaire de 1989 par un régime d'inspiration islamiste, le Nord a ajouté l'agenda religieux à ses griefs contre le Sud. Il a tenté de lui imposer la charia, la loi islamique. Et parmi les combattants sudistes, l'idée de l'indépendance a fait son chemin. En janvier 2005, un accord de paix parrainé par les États-Unis mettait fin au conflit. Il prévoyait un référendum d'autodétermination six ans plus tard. En août de la même année, John Garang, le chef charismatique de la rébellion sudiste, mourait dans un accident d'hélicoptère. Sa disparition a sonné le glas de l'unité soudanaise. Garang, ancien officier de l'armée soudanaise, était unioniste. Son successeur est indépendantiste.

Le peuple aussi, et, le jour du référendum, il est allé le dire jusqu'à la tombe de Garang. En janvier dernier, un bureau de vote est installé juste à côté du mausolée du héros national, respecté presque comme un saint. «Vous venez prier ?» Demande la sentinelle à l'entrée de l'esplanade. Mais les électeurs de Juba, eux, sont venus respectueusement confier au «Dr Garang» qu'ils ne veulent plus du Nord. «Bye bye les djellabas» disent en riant les centaines d'hommes et de femmes qui font la queue sous le soleil pendant des heures. Presque tous ont perdu un frère, un père, une mère sous les bombardements des Antonov nordistes, ou dans les raids contre villes et villages. «Ils nous ont toujours considérés comme des esclaves», dit Mary, mère de famille et veuve de combattant.

Aujourd'hui, les Dinkas, les Nuer et les Chilouk prient pour leur pays à venir. La cathédrale est une grande bâtisse en brique, surmontée à l'extérieur de l'inscription «Hic est domus Dei». L'ambiance est fervente. Des mamas en robe blanche barrée d'une écharpe verte avec l'inscription «Legio Mariae» en lettres blanches font le service d'ordre. L'archevêque répète sur tous les tons qu'aujourd'hui, c'est une prière de gratitude, l'occasion de dire merci à Dieu puisque, de toute façon, «c'est sa volonté qui est faite à travers le vote». A l'entendre, le dessein de Dieu peut même être discerné dans la mort de Garang l'unioniste. «Même la trahison de Judas fait partie de la volonté de Dieu...» La thèse de la trahison, du sabotage de l'hélicoptère du leader, jamais démontrée, connaît une grande vogue au Sud.

Vient le moment des intentions de prière. Le Président prend sa place dans la file. Il prêche le pardon. «Prions pour ceux qui sont tombés pendant le temps du combat, dit-il d'une voix grave, ajoutant: et pardonnons à ceux qui ont causé leur mort.» A Juba, le christianisme a le vent en poupe. Une université catholique, Sainte-Marie, a été inaugurée en 2009. L'église anglicane est également très présente. Un État chrétien et pétrolier est-il en train de naître au cœur de l'Afrique de l'Est? Sœur Roassa, religieuse espagnole dirigeant une radio subventionnée par le Vatican, n'aime pas beaucoup l'idée: «Un État chrétien? Il n'y en a aucun dans le monde qui se définisse comme cela. Il y a des États qui se définissent comme islamiques, mais chrétiens, non.» Certes, la radio est ancrée dans une histoire conflictuelle. Son nom, Bakhita FM, est celui d'une sainte qui fut esclave. Mais l'Église soudanaise se veut accueillante. «Il y a des musulmans au Sud, qu'ils soient originaires du Nord ou qu'ils viennent des ethnies locales. Nous en accueillons tous les jours sur nos ondes.»

Le représentant de ces musulmans du Sud qui veulent participer à l'édification de l'État, c'est le général El-Tahir Bior Abdallah Ajak, secrétaire général du Conseil islamique du Sud. Ex-militaire de l'armée soudanaise, il a fait défection pendant la guerre civile pour se battre aux côtés des sudistes. Lui aussi croit à la cohabitation. La preuve: «Je suis allé récemment à Djedda, en Arabie saoudite, pour plaider la cause du Sud-Soudan auprès de la Banque de développement islamique. J'étais accompagné de mon ami Victor Luol Achak, un chrétien, ministre de l'Énergie dans le gouvernement autonome.» El-Tahir Ajak espère toutefois obtenir également des fonds pour ses organismes de bienfaisance islamiques. «Nous sommes contre le fondamentalisme. Nous devons attirer les gens à la religion par l'exemple.» On devine que, pour lui, le Sud-Soudan reste un champ de bataille pacifique pour la conquête des âmes païennes. «D'après des chiffres que j'ai lus, nous sommes 18% de musulmans, 17% de chrétiens, et 65% d'animistes.» Chiffres invérifiables, même si les connaisseurs de la région s'accordent pour dire que la majorité de ses habitants restent en réalité fidèles aux religions de leurs ancêtres. Car la guerre n'a pas entamé la volonté de vivre ensemble. A Tékéréké, une bourgade à trois heures de Juba, les commerçants arabes venus du Nord, nombreux au marché, n'ont pas l'intention de se rapatrier après l'indépendance. Devant la mosquée voisine, un déjeuner rassemble sous un arbre quelques éleveurs locaux. Chrétiens ou musulmans? «Un chrétien, un musulman, un chrétien...», compte l'un d'eux en riant.

Reste que la naissance d'un État disposant de ressources pétrolières et à forte composante chrétienne n'a rien d'anodin dans la région. Certes, sa production reste modeste comparée aux quelque 10 millions de barils/jour extraits par le géant saoudien. Mais ce pays enclavé qui aujourd'hui n'a rien, ni routes ni infrastructures, va pouvoir se développer en empruntant sur les marchés internationaux. Et sa richesse est peut-être encore à venir. «Il reste des zones immenses à explorer, dit Francis Perrin, directeur de la revue Pétrole et gaz arabes. Le Sud-Soudan ne sera jamais l'Arabie saoudite, mais il est tout de même possible de faire des découvertes importantes». Le pétrole soudanais n'est certes pas de très bonne qualité, mais quand on songe que le français Total dispose à lui seul d'un permis d'exploration de 118.000 kilomètres carrés, l'avenir semble prometteur.
La dimension religieuse a toujours beaucoup compté dans le conflit entre le Nord (islamiste) et le Sud (animiste, chrétien et musulman). Face au Nord, qui voulait lui imposer la charia, le nouveau Soudan du Sud se dotera bientôt d'un président catholique. 

(Cédric Gerbehaye/Agence VU)

Le Sud-Soudan restera pourtant lié à Khartoum, au moins dans un premier temps, pour commercialiser son pétrole. Le seul pipeline dont il dispose rejoint ce qui sera demain le nouvel État du Nord-Soudan, avec de gros frais de transit à la clé. On évoque la construction d'un oléoduc vers la côte kenyane, mais rien n'est décidé tant le coût et les délais apparaissent importants. Pourtant, il suffit de regarder la capitale pour comprendre que le Sud-Soudan se tourne vers l'Est. Les cadres des amis historiques - Kenya, Éthiopie, Ouganda - ont envahi la ville. Les professeurs sont kenyans, les commerçants, ougandais, les hôtels, pour l'instant installés dans des Algeco améliorés, sont presque tous tenus par des Érythréens, et souvent propriétés d'investisseurs indiens du Kenya. Les Chinois arrivent, eux aussi. La société nationale de pétrole chinoise, qui exploite l'or noir soudanais, espère bien rester. Et on a vu apparaître un Beijing Hôtel et une Chinese clinic...

Cette nouvelle donne intéresse naturellement les puissances occidentales, qui espèrent la naissance d'un nouvel allié à la frontière du problématique État du Nord, toujours en guerre au Darfour et toujours suspecté de redevenir un sanctuaire terroriste. Le Sud-Soudan intéresse aussi beaucoup les Israéliens, ravis de voir s'ajouter un point de chute potentiel dans la région. Salva Kiir reste cependant prudent. Dans son discours à la cathédrale de Juba, il change soudain de registre pour démentir l'achat d'avions de combat israéliens, annoncé par la chaîne qatariote al-Jezira. «Ce n'est pas vrai. Ceux qui disent cela sont des ennemis du Soudan. Nous n'amènerons pas les Israéliens ici.»

Parmi les pays arabes, l'Égypte n'est pas le moins inquiet. Le Sud-Soudan contrôlera le Nil Blanc, qui rejoint le Nil Bleu à Khartoum. Mais pour l'instant, le Sud-Soudan, pas encore né, a d'autres soucis. La guerre pourrait reprendre sur les frontières, surtout dans la région disputée d'Abyei, et en d'autres endroits où les démarcations restent floues, et où des milices sudistes favorables à Khartoum ont repris les armes. Comme si le Nord ne se résolvait pas, finalement, à l'amputation d'un tiers de son territoire. (Par Pierre Prier.)  

La proclamation d'Indépendance  Prière pour le Soudan et l'ouganda

Retour début de la page

Le retour à la page  Sommaire

 

Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2004.  Conception du site  web : Antoine Oyabi.