Le Mal du Siècle

Protégeons-Nous contre VIH / SIDA !!!

 

Une alliance d'experts, institutions et organisations non gouvernementales (Ong) du monde entier ont lancé cette semaine l'initiative « Free by 5 »  qui prône la gratuité de la thérapie antirétrovirale (ARV) et des soins associés pour les malades du sida.

« Le fait de payer pour la prise en charge (des ARV et des soins) nous paraît être le premier obstacle à l'accès aux soins et aux soins de bonne qualité », a indiqué à l'AFP le docteur Bernard Taverne de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) de Dakar. Près de 600 personnes ont signé le 14 décembre la déclaration « Free by five » dont Gorik Ooms, directeur général de Médecins sans frontières (MSF) et Hélène Rossert, vice-présidente du Fonds mondial de lutte contre le Sida. La déclaration « demande aux bailleurs de fonds internationaux de promouvoir activement la mise en oeuvre de la gratuité de traitement et d'engager des ressources supplémentaires pour en faire une réalité ».

Selon M. Taverne, à l'origine du projet, le « titre est un détournement de l'intitulé de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) », « three by 5 », objectif de 3 millions de personnes sous traitement antirétroviral dans les pays en développement à la fin 2005.

« Mais on n'a pas la naïveté de penser qu'en instaurant la gratuité, on aurait (...) trois millions de personnes traitées, il y a toute une série d'obstacles et le premier c'est qu'il faut payer pour être dépisté, pour la consultation ». Selon lui, il s'agit d'avoir gratuitement accès aux ARV mais aussi au « dépistage, à l'hospitalisation... parce que c'est un kit complet, si l'un ne fonctionne pas, tout s'écroule ».

« Alors que le prix des médicaments diminue sur le marché, beaucoup de malades du Sida dans les pays en développement meurent car ils ne peuvent assumer leur quote-part du coût du traitement », précise la déclaration du mouvement. Selon Stephen Lewis, envoyé spécial des Nations unies pour le VIH/sida en Afrique et signataire de la déclaration, « pour beaucoup, ce traitement (ARV) fera littéralement la différence entre la vie et la mort. Toutefois, si ces médicaments ne sont pas proposés gratuitement, les plus pauvres... n'en bénéficieront pas ». Sur les 5,5 millions de patients séropositifs dans le monde entier qui ont besoin d'un traitement, 440.000 seulement y ont accès. En Afrique, pas plus de 4 % des personnes vivant avec le VIH/sida, bénéficient d'un traitement ARV, explique la déclaration.

L'Afrique, qui regroupe près des deux tiers des séropositifs et malades du sida du monde et les trois quarts (76%) des femmes vivant avec le virus du sida, continue à payer le plus lourd tribut à la maladie, selon le rapport 2004 de l'Onusida. En 2004, 3,1 millions d'Africains ont contracté l'infection et 2,3 millions sont morts du sida.

Aux Origines du SIDA...?  Population Humaine  Polémique dans la méthode  Virus d'ébola

Source AFP, par le site Web www. grioo.com

Retour début de la page

Le retour à la page  Sommaire

 

 




 

 

Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2013.