La Croyance En Toute Liberté

 

Un plaisir que l’animiste qualifie d'identitaire, et dont l'alchimie pourrait être décomposée de la sorte: être en prise avec ce que l'on est, en contact avec ses talents, à vif dans le réel, debout, réaliste et en interaction avec ceux qui nous entourent. Se déployer à partir de son centre : tel est le mouvement qui permet d'exprimer notre singularité et de rencontrer celle des autres.

Le plaisir d'être vivant.

L’animisme déplore, l'impact d'un discours dominant fondé sur le faire.

« Si nous avouons que nous désirons une vie tranquille, nous passons pour des perdants. Or, si "tranquille" signifie "ancrée dans l'instant présent, articulée autour de moments ou d'activités qui nous épanouissent ", cela est le contraire d'une vie résignée, subie. »

Selon l’animisme, être acteur de son destin ne veut pas dire avoir un grand destin ou faire de grandes réalisations, mais résulte de la capacité à ressentir le plaisir d'être vivant. 

La très Ancienne Spiritualité. De l'Africaine, l'Orient et l'Occident.

Cela peut surprendre et pourtant. Si l’on admet le fait que l’écriture Kamit (égyptienne) inventée vers 3 400 avant J.C., (fruit de la quête intellectuelle et spirituelle des Éthiopiens anciens), avait pour véritable nom "Medw Neter" (Medou Neter), à savoir la "Parole de Dieu", on comprend vite que ce besoin de recueillement et de prière fut l’un des points essentiels de la religion africaine de la période pharaonique.

Ainsi, tout comme les croyants parlant le latin ou l’arabe, la langue égyptienne ancienne était pour les Africains de l’antiquité, une langue divine. Cette croyance était si fortement encrée dans les consciences, que jamais on utilisait les caractères sacrés pour mentir, calomnier ou injurier autrui.

SCENE DU JUGEMENT DES DEFUNTS - 48.6 ko

SCÈNE DU JUGEMENT DES DÉFUNTS

Il est donc totalement faux, de penser que l’Afrique n’a pas eu de religion monothéiste ou encore qu’elle n’a jamais rendu gloire à Dieu. La thèse même de l’évangélisation des Africains à l’époque de la colonisation est une escroquerie historique de taille.  

En fait depuis l’antiquité, les Grecs avaient déjà statué sur la question. Pour eux, les Éthiopiens furent les premiers croyants de l’histoire de l’humanité et on leur doit, bon nombre de concepts religieux. Et ils n’étaient pas les seuls. Au XIè siècle avant J. C. le roi phénicien de la ville de Byblos, Tjekerbaal, avouait à l’égyptien Ounamon que :

"C’est d’Égypte qu’est sortie la sagesse (divine) pour atteindre les rives du pays où je vis". Est-il encore utile de rappeler que les Éthiopiens étaient de leur propre aveu, les ancêtres des Egyptiens.

Les Racines du "Notre père" biblique

Une stèle égyptienne datant de 1400 avant J. C., soit l’époque du pharaon nègre Aménophis III et exposée au musée de Lyon, dévoile, en l’analysant de près, l’essence même du "Notre père" avec une très grande précision. Celle-ci, qui témoigne d’une tradition spirituelle africaine beaucoup plus ancienne, a été érigée plusieurs siècles avant Moïse, Mahomet, Jésus Christ, Abraham et même l’avènement de Yahvé.

Que dit-elle ?

Adressons nos louanges à Osiris

Le Dieu bien-aimé !

Comme il est agréable de t’adresser des louanges !

Tu es l’Unique,

Tu es l’être qui a existé avant toute autre forme d’existence

Qui a crée le ciel,

Qui a crée la terre,

Qui ne cesse de donner le rassasiement à tout un chacun,

Car la terre vit de tout ce que tu as crée,

Toi qui donne tout ce qui paraît sur la table...

Osiris, premier envoyé de Dieu sur terre (Messie) pour guider les hommes sur les voies de la sagesse divine. C’est donc lui qui fut le premier inspirateur du "Notre Père" qui rendait hommage à Dieu à travers lui.

Cham (France).

La prière   La force Vitale    les prières usuelles  La voie de la prière

Retour début de la page

Le retour à la page  Sommaire

 

Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2013.