La Farine du  Manioc

 

La Farine du  Manioc pour faire le Pain  La Loi sur le Pain favorise le manioc. Le gouvernement fédéral du Nigéria a promulgué une loi qui oblige les boulangers à utiliser une farine mélangée contenant 10 % de manioc et 90 % de blé pour fabriquer leur pain.

Les nouvelles mesures, entrées en vigueur en janvier 2005, stipulent que les grands moulins qui fournissent la farine aux boulangeries et aux pâtisseries, doivent pré-mélanger farine de manioc et farine de blé. Afin d'aider tous ceux qui interviennent dans ce secteur à s'adapter à la nouvelle loi, 1'Institut International d'Agriculture Tropicale (IITA) conçoit, en collaboration avec le bureau d'assistance spéciale à la sécurité alimentaire de la Présidence, une série de programmes. Ceux-ci incluent des ateliers de formation et de sensibilisation ainsi que des séminaires de contrôle de qualité destinés aux transformateurs, aux fournisseurs, aux boulangers, aux pâtissiers et aux meuniers.

Le Nigéria dépense 400 millions de dollars US chaque année en importations de blé pour répondre à la demande locale de farine de l'industrie boulangère. En remplaçant 10 % de la farine de blé par du manioc, le gouvernement pourrait économiser 40 millions de dollars US par an, qui seraient injectés dans 1e secteur du manioc. Le Nigéria, avec une production de quelque 34 millions de tonnes, est le premier producteur mondial de manioc.

A l'heure actuelle, toute la récolte est consommée localement sans rien laisser à l'exportation. Afin d'améliorer sa balance commerciale et d'augmenter les revenus des producteurs de manioc, le gouvernement nigérian envisage l'introduction de cette plante dans différents produits industriels, tels que l'éthanol, la colle, le sirop de glucose, la levure industrielle et les aliments pour le bétail. Magazine SPORE 117

La Farine Locale

Développée au Burkina à partir de 1982 par une ONG française, la farine Misola est une farine infantile préparée à partir de céréales et de légumineuses cultivées localement (mil, soja etc. arachide), Elle tient compte par ses constituants des habitudes alimentaires locales et sa valeur protéino-énergétique est suffisante pour en faire un aliment équilibré venant en complément de l'allaitement maternel ou de toute autre alimentation traditionnelle. Assimilable et digestible, elle répond aux normes préconisées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Au vu de ces avantages, le Programme alimentaire mondial (PAM) a décidé de la préférer aux farines d'importation trois fois plus chères. Au Mali, il vient de passer une convention de cinq ans avec l'association Misola pour la fourniture de 400 tonnes annuelles de farine. Si le test est concluant, le PAM pourrait développer cette filière et l'étendre à d'autres paysans africains. Le Cameroun et le Burkina, qui produisent respectivement 3 et 24 tonnes chaque année, sont encore très loin de pouvoir satisfaire la demande. Cette farine infantile profite directement aux cultivateurs qui produisent céréales et légumineuses ainsi qu'aux groupements de femmes qui ont créé des unités de production artisanale pour fabriquer et conditionner cet aliment, présence en sachets de 200 et 500 grammes.

Retour début de la page

Association  burkinabé des unités Misolas Pharmacie Yennenga 03 BP 7178, Ouagadougou 03 Burkina Faso  E-mail :  santoine@wansdoo. fr    Magazine SPORE 117  

Le retour à la page  Sommaire

 



 

 

Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2013.