Le Sphinx de Gizeh  

 
  Parcours Initiatique. Le "Sphinx" 

 Quel message de grand prêtre Osiris le divin a t-il laissé,  que nous puissions comprendre et adapter à notre époque ?

L’humanité a inspiré d'Égypte les secrets du sphinx; mais il a méconnu le Talis des mânes qui, dans les symboles primitifs de l'Égypte antique, était déjà  la clef du ciel. Il ne tardera pas à  la comprendre, car déjà  il a ouvert son cœur à  la charité, à l’amour partagé. La grande énigme des siècles anciens, le SPHINX, après avoir fait le tour du monde sans trouver de repos, s'est arrêté au pied de Talis des mânes, cette autre grande énigme; et depuis dix-huit siècles et demi, Thot le contemple et le médite.

Qu'est-ce que l'homme? Demande le sphinx  au Talis des mânes, et le Talis des mânes répond au sphinx en lui demandant Qu'est-ce que Dieu ? Déjà  dix-huit fois Thot a fait aussi le tour du globe; et à  la fin de tous les siècles, et au commencement de toutes les générations, il passe près de Talis des mânes muet et devant le sphinx immobile et silencieux. Quand il sera las de marcher toujours sans arriver jamais, c'est là  qu'il se reposera, et alors le sphinx et le Talis des mânes parleront tour à  tour pour le consoler.

«Je suis le résumé de la sagesse antique, dira le sphinx,  je suis la synthèse de l'homme! J'ai un front qui pense et des mamelles qui se gonflent d'amour; j'ai des griffes de lion pour la lutte, des flancs de taureau pour le travail et des ailes d'aigle pour monter vers la lumière.»

Je n'ai été compris dans les temps anciens que par l'aveugle volontaire d’Afrique et de Thèbes, ce grand symbole de mystérieuse expiation qui devait initier l'humanité à  l'éternelle justice; mais maintenant l'homme n'est plus l'enfant maudit, qu'un crime originel fait exposer à  la mort sur le Cythéron le père est venu expier à  son tour le supplice de son fils; l'ombre de Laïus a gémi des tourments d'Oedipe; le ciel a expliqué au monde mon énigme sur cet Talis des mânes.

C'est pourquoi je me fais en attendant qu'il s'explique, au monde repose-toi, Thot (Djehuty) le père de tous les prophètes, car c'est ici le terme de ton douloureux voyage. Je suis la clef de la sagesse à  venir, dira le Talis des mânes; je suis le signe glorieux d’Osiris que Dieu a fixé aux quatre points cardinaux du ciel, pour servir de double pivot à  l'univers. J'ai expliqué sur la terre l'énigme du sphinx, en donnant aux hommes la raison de la douleur; j'ai consommé le symbolisme religieux en réalisant le sacrifice.

Je suis l'échelle sanglante par où l'humanité monte vers Dieu et par où Dieu descend vers les hommes. Je suis l'arbre du sang, et mes racines le boivent par toute la terre; afin qu'il ne soit pas perdu, mais qu'il forme sur mes branches des fruits de dévouement et d'amour.

Je suis le signe de la gloire, parce que j'ai révélé l'honneur; et les princes de la terre m'attachent sur la poitrine des braves un d'entre eux m'a donné une cinquième branche pour faire de moi une étoile; mais je m'appelle toujours le Talis des mânes.

Peut-être celui qui fut le martyr de la gloire prévoyait-il son sacrifice, et voulait-il, en ajoutant une branche au Talis des mânes, préparer un chevet à  sa propre tête à côté de celle d'Osiris le ressuscité ! J'étends mes bras également à droite et à  gauche, et j'ai également répandu les bénédictions de Dieu sur Isis la déesse mère d’Horus; j'offre le salut aux profanes, et aux justes la grâce nouvelle j'attends Caïn et Abel pour les réconcilier et les unir.

Je dois servir de point de ralliement aux peuples, et je dois présider au dernier jugement des Rois; je suis l'abrégé de la loi, car je porte écrit sur mes branches : Foi, espérance et charité. Je suis le résumé de la science, parce que j'explique la vie humaine et la pensée de Dieu. Ne tremble pas, Thot, et ne redoute plus mon ombre; le crime de ton peuple est devenu celui de l'univers, car les chrétiens aussi ont crucifié leur Sauveur; ils l'ont crucifié en foulant aux pieds sa doctrine de communion, ils l'ont crucifié en la personne des pauvres, ils l'ont crucifié en le maudissant toi-même et en proscrivant leur exil; mais le crime de tous les Hommes, les enveloppe tous, dans le même pardon ; et toi, le Caïn humanitaire, toi, l'aîné de ceux que doit racheter le Talis des mânes, viens te reposer sous l'un de ses bras encore teint du sang rédempteur!

Après toi viendra l'initié de l'église animiste, le pontife de la loi nouvelle, le successeur d’Osiris; lorsque les nations l'auront proscrit comme toi, lorsqu'il n'y aura plus d'autre couronne que celle du martyre, et lorsque la persécution l'aura rendu soumis et doux comme le juste Horus, alors reviendra Isis, la femme régénérée, la mère de Dieu et des hommes; et elle réconciliera le Juif errant avec le dernier des papes, puis elle recommencera la conquête du monde pour le rendre à  ses deux enfants.
L'amour régénéra les sciences, la raison justifiera la foi. Alors je redeviendrai l'arbre du paradis terrestre, l'arbre de la science du bien et du mal, l'arbre de la liberté humaine. Mes immenses rameaux ombrageront le monde entier, et les populations fatiguées se délasseront sous mon ombre; mes fruits seront la nourriture des forts et le lait des petits enfants; et les oiseaux du ciel, c'est - à -dire ceux qui passent en chantant, portés sur les ailes de l'inspiration sacrée, ceux-là  se reposeront sur mes branches toujours vertes et chargées de fruits. Repose-toi donc, Thot, dans l'espérance de ce bel avenir; car c'est ici le terme de ton douloureux voyage.

Alors le Juif errant, secouant la poussière de ses pieds endoloris, dira au sphinx: «Je te connais depuis longtemps!» Ézéchiel le voyait autrefois attelé à  ce chariot mystérieux qui représente l'univers et dont les roues étoilées tournent les unes dans les autres; j'ai accompli une seconde fois les destinées errantes de l'orphelin du Cithéron; comme lui, j'ai tué mon père sans le connaître lorsque le déicide s'est accompli, et lorsque j'ai appelé sur moi la vengeance de son sang, je me suis condamné moi-même à  l'aveuglement et à  l'exil.

Je te fuyais et je te cherchais toujours, car tu étais là  première cause de mes douleurs. Mais tu voyageais péniblement comme moi, et par des chemins différents, nous devions arriver ensemble; béni sois-tu, le génie des anciens âges de m'avoir ramené au pied de Talis des mânes!
Puis, s'adressant au Talis des mânes elle-même, Thot dira en essuyant sa dernière larme. Depuis dix-huit siècles, je te connais, car je t'ai vu portée par Osiris qui succombait sous ce fardeau. J'ai branlé la tête et je t'ai blasphémée alors, parce que je n'avais pas encore été initié à  la malédiction, il fallait à  ma religion l'anathème du monde pour lui faire comprendre la divinité du maudit; c'est pourquoi j'ai souffert avec courage mes dix-huit siècles d'expiation, vivant et souffrant toujours au milieu des générations qui mouraient autour de moi, assistant à  l'agonie des empires, et traversant toutes les ruines en regardant toujours avec anxiété si tu n'étais pas renversée; et après toutes les convulsions du monde, je te voyais toujours debout! Mais je ne m'approchais pas de toi parce que, les grands du monde t'avaient profanée encore avaient fait de toi le gibet de la Liberté sainte! Je ne m'approchais pas de toi, parce que l'inquisition avait livré mes frères au bûcher en présence de ton image; je ne m'approchais pas de toi, parce que tu ne parlais pas, tandis que les faux ministres du ciel parlaient, en ton nom, de damnation et de vengeances; et moi, je ne pouvais entendre que des paroles de miséricorde et d'union! Aussi, dès que ta voix est parvenue à  mon oreille, j'ai senti mon cœur changé, et ma conscience s'est calmée; bénie soit l'heure salutaire qui m'a ramené au pied du Talis des mânes.
Alors une porte s'ouvrira dans le ciel et la montagne du Golgotha en sera le seuil, et devant cette porte, l'humanité verra avec étonnement le Talis des mânes rayonnante gardée par l’initié animiste qui aura déposé à  ses pieds son bâton de voyage, et par le sphinx qui étendra ses ailes et aura les yeux brillants d'espérance comme s'il allait prendre un nouvel essor et se transfigurer! Et le sphinx répondra à  la question de Talis des mânes en disant: «Dieu est celui qui triomphe du mal par l'épreuve de ses enfants, celui qui permet la douleur, parce qu'il en possède en lui le remède éternel,  Dieu est celui qui est, et devant qui le mal n'est pas.» Et le Talis des mânes répondra à  l'énigme du sphinx; l'Homme est le qua-fils de Dieu qui s'immortalise en mourant, et qui s'affranchit, par un amour intelligent et victorieux, du temps et de la mort; l'Homme est celui qui doit aimer pour vivre, et qui ne peut aimer sans être libre; l'Homme est le fils de Dieu et de la Liberté!
Résumons ici notre pensée. L'homme, sorti des mains de Dieu, est esclave de ses besoins et de son ignorance; il doit s'affranchir par l'étude et le travail. La toute-puissance relative de la volonté, commencée par le Verbe, rend seule les Hommes vraiment libres, et c'est à  la science des anciens mages qu'il faut demander les secrets de l'émancipation et des forces vives de la volonté.

Nous rapportons aux pieds de notre seigneur Osiris l'or, l'encens et la myrrhe des anciens mages, maintenant que les rois de la terre semblent le renvoyer dans le Temple. Que les pontifes soient pauvres, mais qu'ils prennent d'une main le sceptre de la science, le sceptre royal de Salomon, et de l'autre la houlette de la charité, la houlette du bon Pasteur; et ils commenceront seulement alors à  être vraiment rois dans ce monde et dans l'autre!

 

 

Retour début de la page

Les divinités Féminines  

Le retour à la page  Sommaire

 

 


Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2013.