ISIS Déesse Égyptienne  

 

La sœur et femme d’OSIRIS et mère d’Horus, type de l’épouse et de la mère idéale, son culte connut hors de l’Égypte dans le monde gréco-romain, et l’inscription gravée sur la statue à Saïs, traduit :

 « Je suis tout ce qui a été, tout ce qui est, et tout ce qui sera, et mon voile aucun mortel ne l’a encore soulevé ». Car, pour rentrer dans le monde interdit de la femme et soulever son voile, il faut être initiable, aux secrets de trois feuilles d’or. 

Isis déesse, la magicienne. Ici, le voile est ce qui sépare deux choses, et signifie selon qu’on le met ou qu’on l’enlève la connaissance cachée ou révélée. Le retrait du voile ou des voiles d’Isis représente la révélation de la lumière et réussir à soulever le voile d’Isis, c’est devenir immortel. Mais, alors cet homme réussit à soulever le voile de la déesse de Saïs (Égypte anc.), mais que vit-il ? Il vit le miracle des miracles : Lui-même, en son corps d’éternité.

Comme nous le confirme le professeur J. Vendyes [1] :

« Suivant Tacite (Germ. 9), une partie des Suèves, peuple germanique, sacrifiaient à Isis (déesse égyptienne) ; en fait, on a trouvé des inscriptions où Isis est associée à la ville de Noreia divinisée ; Noreia est aujourd’hui Neumarket en Styrie. Isis, Osiris, Sérapis, Anubis ont eu des autels à Fréjus, à Nîmes, à Arles, à Riez (Basses Alpes), à Parizet (Isère), à Manduel (Gard), à Boulogne (Haute Garonne), à Lyon, à Besançon, à Langres, à Soissons. Isis était honoré à Melun, à Sérapis, à York et à Brougham Castle, mais aussi en Pannonie et aussi dans le Norique ».

Ainsi, comme en témoigne J. Vendyes, les divinités de l’Egypte anciennes (Osiris, Isis, Horus, Anubis, etc...) vont faire l’objet de cultes dans de nombreux lieux autour de la Méditerranée et des prêtres Egyptiens vont même initier ces populations à leurs cultes.

Il est facile de le vérifier car une peinture exposée au musée de Naples Cliquez Ici témoigne de ce fait.  L’origine de la tradition des Vierges noires, en mémoire à Isis la femme d’Osiris, doit donc remonter à cette même époque et ces cultes existent encore aujourd’hui en Europe où ils se poursuivent en hommage à la vierge Marie (France, Espagne... ex. La vierge de Guadalupe en Espagne)

Ainsi, le nom même de la ville de Paris semble provenir de ce lien avec Isis ? 

Le professeur Pierre Hubac qui reprend une certitude napoléonienne, ajoute d’ailleurs à ce propos [2] :

"Le nom même de Parisii pourrait bien signifier " Temple d’Isis", car il existait au bord du Nil une citée de ce nom et l’hiéroglyphe per figure sur l’enceinte d’un Temple de l’Oise". En fait, comme le souligne le professeur Cheikh Anta Diop [3], les premiers habitants du lieu actuel où se trouvent Paris, la capitale de la France, portaient le nom de Parisii, sans raisons apparentes. Ces derniers avaient même tenté de résister aux troupes de César. Et il poursuit :

"Le culte d’Isis, comme on le voit, était très répandu en France, en particulier dans le Bassin Parisien ; il y avait partout des Temples d’Isis, selon la terminologie occidentale, mais il serait plus exact de dire « Maison d’Isis », car des dits temples étaient appelé en égyptien Per, lequel mot signifie exactement en égyptien ancien, comme en valaf actuel, l’enclos qui entoure la maison. Paris résulterait de la juxtaposition de Per-Isis, mot qui désigne effectivement des villes d’Egypte, comme le remarque Hubac" (d’après l’historien G. Maspéro).

Le professeur Robert-Jacques Thibaud est aussi de cet avis [4] :

"C’est ainsi qu’à Paris, une grande statue d’Isis sur sa barque fut longtemps conservée dans l’église Saint-Germain-des-Prés, jusqu’à ce qu’un prêtre la détruise à coup de pioche au 18ème siècle. La nef ornant les armoiries de la ville de Paris ne serait autre que la barque d’Isis, tandis que la devise « Fluctua Nec Mergitur » rappellerait la navigation héroïque des suivants d’Horus (...) mais aussi celles des initiés circulant dans le secret des temples. Selon certains chercheurs, les antiques parisii, précurseurs des habitants de la capitale devraient même leur nom à la déesse".

Il existe en France, une très longue tradition orale, écrite et religieuse, associant l’origine du nom "PARIS" au nom de la déesse  « Isis ». Cette tradition affirme que le 1er site religieux sur Paris, fut un temple d’ISIS, sur la rive gauche de la seine(actuel Saint-germain des près).

Le 2ème temple sera celui du dieu Djehouty (THOT=Mercure) sur l’actuel rue Saint-Jacques !

Isis la déesse à la peau sombre et Mercure(Thot) étaient considérés comme les « messagers des dieux » et des « gardiens des carrefours » .On rencontrait fréquemment leur image à la croisé des chemins, et dans les forêts.

Le 1er temple d’ISIS serait devenu l’actuelle église de Saint-Germain-des près.

Le temple de Thot serait devenu l’église de Notre Dame des champs !

Le moine Abbon de l’Abbaye de saint-germain des près (fin IXéme siècle) écrivait :

« Lutèce(Paris ?) Ainsi te nommait-on autrefois ; Mais a présent ton nom vient de la ville d’Isia, sise au centre du vaste pays des grecs.. O lutèce. Ce nom nouveau que le monde te donne, c’est PARIS, c’est a dire « pareille a ISIA » ; avec raison car elle t’est semblable ».

Gilles Corrozet publia en 1532 son livre « la fleur des antiquités... cité de Paris » .On peut y lire :

« ... comment la ville de Paris fut nommée !  Près d’Icelle ou saint-germain des prés, était un temple a 1’idole de la déesse Isis, laquelle selon Jehon le maire, fut reine d’Égypte et femme du grand OSIRIS, surnommé JUPITER-LE JUSTE .. La dite cité (Paris) était si proche dudit temple, qu’elle fut nommée Paris, qui est à dire « juste et près de la déesse Isis ».

En 1612, l’abbé du Breul confirme ce propos dans son "théâtre des antiquités de la ville de Paris". C’est donc une longue tradition en France, qui affirme que le nom Paris a pour racine le nom d’Isis.

Il m’a été récemment confirmé que l’appellation « Paris-ville de lumière » était en rapport avec Isis, la déesse noire, dont le corps serait identifié à la « Pierre Philosophale ». Cette matière lumineuse noire (pierre philosophale) est ainsi associée à la ville lumière, à travers le corps d’Isis, la noire !

Le culte d’Isis était encore le plus pratiqué en Europe au 4ème siècle. C’est après le concile de nicée de l’empereur Constantin, que l’europe va s’inventer une religion commune (le christianisme) et un dieu commun Jesus (IesuS). Tous les lieux de culte d’Isis vont devenir ceux de Jésus. Jesus-fils de Mariam(Is-Is, l’aimée d’AMEN=AMon le Dieu Égyptien).

Jésus abrégé (Is) fils de IsIs (jesus-jesus). Le mot « Is » signifie « ce qui est sacré ». Paris est le temple sacré ; Chartre-s (carnute(pierre)-is) est la pierre sacrée. Isis est 2 fois jesus, 2 fois sacré et mère de Dieu.

Sources :

[1] Cf. J. Vendyes, Les religions des Celtes, des Germains et des Anciens Slaves, Coll. Mana, tome 3, p. 244.

[2] Cf. Pierre Hubac, Carthage, éd. Bellenand, 1952, P. 170.

[3] Cf. Cheikh Anta Diop, Nation Nègre et Culture, éd. Présence Africaine.

[4] Cf. Robert-Jacques Thibaud, Dictionnaire de mythologie et de symbolique égyptienne, éd. Dervy, 1996.

[5] Emile Amelineau, Mes fouilles d’Abydos, Collège de France.

Images de la déesse Isis  YEMAYA DÉESSE AFRICAINE DE LA MER   Hymne à Isis

Retour début de la page

Le retour à la page  Sommaire

 





 

Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2013