Le Jugement Originel

 

Par l'enseignement de notre seigneur Osiris, le Sacré conduit le monde par la puissance divine et non par la force, c’est la grande différence entre l’autorité et la puissance. Le Jugement Originel évoque la justice du corps sacré des immortels. Le Bien et le mal se distinguent. Il ne s'agit ni de la scène du jugement dernier, telle que l’Apocalypse nous la décrit. Nous sommes ici au cœur même de la pensée animisme traditionnel « l’âme détient l’historique du défunt » devient l'Esprit Cosmique. Il ne s’agit pas de la résurrection des corps, mais de l’esprit Cosmique (souffle de Dieu), le domaine duquel rien ne se perd. C’est qu’il existe une mémoire corporelle et cosmique dans laquelle s’emmagasine la somme de toute une vie. Il évoque les cycles de réincarnation éternellement renouvelés, jusqu’à la sanction divine. La pesée des âmes en vue de leur mérite et de leur destin futur.
Vos regards sur le tribunal que préside Osiris notre seigneur bien-aimé, assiste 'Isis Déesse des Vierges Noires, de Nephtys, parfois de , et de quarante-deux assesseurs. L'Esprit Cosmique est présenté par Anubis ; son cœur est placé sur le plateau d'une balance, et sur l'autre plateau se trouve Maât ( la Justice - Vérité) ou la plume qui la symbolise. Les deux plateaux doivent s'équilibrer.
L'enseignement de notre Seigneur Osiris avait institué dans le Livre des Morts, la nécessité de pratiquer rigoureusement la justice pendant la vie sur terre, pour mériter la survie dans l'au-delà, et cela depuis le Nouvel Empire. Ce que représente le « jugement du cœur » du défunt. Le jugement après la mort est déjà connu dans les Textes des pyramides, où le roi mort est soumis à un interrogatoire avant d'être admis à rejoindre la sphère d'Amon-RÊ. Mais l'intégrité alors exigée du roi est plus physique que morale. Avec le développement de la religion Osirienne, c'est la fidélité à un idéal de justice qui va être exigée. Cela se résume dans ce que l'on appelle la « Confession Négative », mais qui mérite mieux le titre de « Déclaration d'Innocence », où l'on relève des phrases comme ; « Je n'ai pas commis d'iniquité contre les hommes » ou « Je n'ai pas fait le mal », « Je n'ai pas porté la main sur l'homme de petite condition » ou, de façon plus générale : « Je n'ai pas affamé, je n'ai pas fait pleurer, je n'ai pas tué ». Ces phrases sont prononcées par l'Esprit cosmique dans la « salle des deux Justices », devant un tribunal que préside Osiris, assisté d'Isis, de Nephtys, parfois de , et de quarante-deux assesseurs. Le Seigneur Thot. à tête d'ibis, contrôle la pesée, près de la balance se tient la « Grande Dévorante , monstre hybride prêt à mettre en pièce l'Esprit Imprfait si le jugement est défavorable. Sans doute peut-on penser que le défunt compte obtenir son acquittement autant par la  puissance magique des formules qu’il connaît que par la probité de sa vie terrestre. Dès le IIè millénaire avant J.C, et, l’humanité à connu un idéal de bonté et d’équité ait pu être proposé à l’Humain, jamais égale jusqu’à nos jours. Cet idéal se trouve encore dans les textes de la basse époque. Pétosiris, au IVe siècle avant J.C., déclare dans son tombeau :« Si je suis parvenu ici, à la ville d’éternité, c’est que j’ai fais du bien sur terre, et que mon cœur s’est complu sur le chemin de Dieu Amon-RÂ, depuis mon enfance jusqu’à ce jour. J’ai pratiqué la justice, j’ai détesté l’iniquité... » « J’ai fait vivre les affamés de ma province » Ou encore : « J’ai protégé le faible de l’emprise du puissant... » En somme la probité de la vie terrestre, c’est le salaire de notre existence positive dans le monde complexe des vivants visibles. »  

La Traversée de l'âme

C’est la réussite divine, non seulement sur la mort comme séparation de l’âme et du corps, mais encore sur le sommeil, comme séparation de la conscience du monde et des souvenirs du passé. Et surtout la consécration d'être l'Esprit Cosmique parfait pour vivre la sphère  des immortels.C’est aussi la sanctification et la spiritualisation de la matière. Ceci explique du fait que l’homme n’est pas un être prisonnier dans un corps de matière qu’il faut démolir comme une prison de laquelle ont veut échapper. L’essence humaine est un « composé » de chair et d’esprit et non un esprit en prison.La Force ou la Justice La justice convient parfaitement à ce symbole de l’ « homme bon » parce qu’il sait ce qu’il y a dans les cœurs et les pensées, il a lui-même, avant de parvenir à son état glorieux, parcouru les sentiers douloureux que gravissent les hommes et par-là il peut les aimer. Sa justice est à la fois humaine et spirituelle. Ici, la force symbolise le soutien et une défense au service de la Vérité sans laquelle on ne peut parler de justice... 

En savoir plus: 
Responsabilité  Réincarnation 
Jugement de l'âme et la pesée  Dieu Moral Humanisé La Résurrection des croyances animistes Concept de religion

Retour début de la page



Le retour à la page 
Sommaire

 

 






 

Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2013.