L’Éthiopie a fêté son 2e millénaire

L'Éthiopie a célébré son entrée dans l'an 2000 ce 11 septembre à minuit. Alors que le reste du monde célébrait les festivités de l'an 2000 il y a sept ans, l'Éthiopie était encore à l'année 1993.

Selon l'un des responsables de l'église autochtone éthiopienne, l'origine du calendrier éthiopien est la bible. D'après lui, l'église éthiopienne est restée en possession des écritures originelles de l'ancien testament, qui ont été perdues par les autres nations.

Depuis le 11 septembre 2007 et, ce jusqu’au 12 Septembre 2008, l’Éthiopie organise les festivités de son 2e millénaire. Plus connu par ses crises humanitaires dominées par la famine, l’Éthiopie est tout de même un pays béni des dieux. De nombreux ouvrages anciens parlent de ses rapports avec le monde de la Bible. Le roi Salomon aurait lui-même accordé l’hospitalité à la reine de Saba, venue à Jérusalem écouter son enseignement et partager ses faveurs. Dans le monde, l’Éthiopie est célébré par les rastas comme leur Terre Sainte, à la faveur d’Hailé Sellasié 1er considéré comme le Messie par les rastafari. Ce pays est aussi le seul pays au monde à avoir une population de juifs noirs appelés falashas ou Béta Israël

Situé dans la corne de l’Afrique, l’Ethiopie est un vieux pays. Le 12 septembre dernier, l’Éthiopie a fêté l’an 2000 (calendrier julien) et ses deux mille ans d’existence. Pour cela, l’ONU a déclaré l’année 2007 comme celle des festivités du millénaire de l’Éthiopie. L’histoire de ce pays reflète à quelques exceptions près, celle du continent africain, balayé par la misère chronique et pétri de traditions millénaires qui font sa fierté. Alors qu’au XIXe siècle le continent africain fit l’objet d’un démembrement par la colonisation, l’Éthiopie est resté le seul pays à avoir conservé sa souveraineté. Membre fondateur de l’Organisation des Nations Unies, l’Éthiopie abrite le siège de l’Union Africaine, ce qui montre son rôle majeur sur le contient.

Le Calendrier Éthiopien...

Inspiré du calendrier julien, est le calendrier officiel du pays. Il compte une année standard de 365 jours divisés en 12 mois de 30 jours et un treizième mois dénommé Puagme (pygmée) qui ne compte que 5 jours ou 6 jours pendant les années bissextiles. Outre l’histoire officielle, la légende veut que les 7 ans qui séparent les calendriers Julien et grégorien soient dus au voyage aller-retour Ethiopie-Bethléem, réalisé par les éthiopiens pour aller s’assurer de la naissance du Christ et rapporter cette bonne nouvelle aux autres. Ce voyage aurait duré 7 ans et 4 mois. Dés lors, les éthiopiens prirent 7 ans de retard pour rentrer dans l’ère chrétienne.

...Et ses Particularités

Le calendrier civil éthiopien présente un certain avantage. L’année commence en Meskerem (11/12 Septembre) et se termine en Puagme (10/11 septembre). L’année scolaire ainsi que l’année fiscale ne se chevauchent pas sur deux années comme en Europe. En Éthiopie la journée commence non pas en plein milieu de la nuit mais avec le levé du soleil. Le jour et la nuit sont divisés en 12 heures égales. Par conséquent, la première heure de la journée en Éthiopie correspond à 7h du matin en France. Et 3h du matin en Éthiopie correspond à 9 h en France. Le soir commence à la fin d’une journée de 12 heures, c’est à dire après 18h en France. Et on recommence à compter 1 heure du soir, 2h du soir (19h, 20h en France). Morale de l’histoire, si un (e) éthiopien(ne) vous donne un rendez-vous à 3h du matin, ne croyez pas qu’il s’agisse d’une avance. L’heure correspond à 9h du matin en France. Dommage !

Festivités du Millénaire

Inaugurées au mois de juin dernier, les festivités du millénaire comprennent plusieurs manifestations, notamment des danses traditionnelles du pays, une exposition d’art contemporain éthiopien et une course à pied dénommée « Grande Course du Millénaire ». Le coût total des différentes manifestations est estimé à 30 millions de dollars. Les autorités d’Adis Abeba attendent plus de 300 000 Éthiopiens de la diaspora et de nombreux touristes pour prendre part aux célébrations.

Éthiopie, Terre Promise des Rastas

Une Terre en Héritage

En 1948, l’Empereur Haïlé Sélassié Ier fait don à toute la diaspora noire d’Amérique du Nord, d’Amérique du Sud et des Caraïbes de 500 hectares sur la « Terre-Mère » éthiopienne à Shashamane, dans la vallée de Goba, à 200 km au Sud d’Addis Abeba. Pour Sellassié, à Shashamane, village perché sur une colline à 600 mètres d’altitude, les descendants d’esclaves bénéficieront désormais d’une terre fertile pour s’installer dans le « Zion » et retrouver la terre de leurs ancêtres pour y mener leur « livity », mode de vie conforme à la philosophie rasta.

Le Lion de Juda

Pour les Rastas du monde entier, l’Empereur Haïlé Selassié 1er incarne la figure du Rédempteur. Né Ras Tafari Makonnen, son nom a inspiré celui du mouvement Rasta(fari). En 1927, Marcus Garvey, fervent défenseur de la « black supremacy », annonce en ces termes la venue d’un roi noir : « Regardez vers l’Afrique où un roi noir doit être couronné. Il sera le Rédempteur ». Trois ans plus tard, Haïlé Selassié « la Puissance de la Trinité » en amharique), chef tribal méconnu, accédait au trône d’Éthiopie en se proclamant « l’Élu du Seigneur, le Roi des Rois et le Lion conquérant de la Tribu de Juda » (Juda, un des douze fils de Jacob, ndlr). Les défenseurs de la Suprématie noire ont alors entamé des recherches sur ce jeune roi (37 ans à l’époque) et ont découvert son ascendance royale : il est le 25ème descendant de l’union entre le roi Salomon et la reine de Saba. Ainsi, la prophétie de Marcus Garvey venait de s’accomplir. Pour fêter ce millénaire, les rastas du monde entier vont durant toute l’année faire le pèlerinage en Éthiopie.

Retour début de la page

Le Retour à la page  Sommaire
 

Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2012.  Conception du site  web : Antoine Oyabi.