PREMIER ENSEIGNEMENT DE THOT/DJEHUTY

ChAM OYABI courriel : antoine.oyabi@wanadoo.fr

La perception Africaine du Divin dans l’Antiquité

Pour comprendre l’originalité de la tradition philosophico-religieuse de l’Afrique pharaonique, nous vous proposons quelques morceaux choisis de celui qui en fut la source originelle, à savoir  le grand Thot/Djehuty, afin que vous puissiez nourrir votre refléxion.

THOT/DJEHUTY : «  Mais si tu permets, appelle-moi DJEHUTY car tel est mon nom dans les textes sacrés. »

DJEHUTY : « J’ai été connu sous les noms de DJEHUTY, puis de Thot et enfin d’Hermès dans la tradition grecque. Ceux qui suivent vraiment les voies de la sagesse divine rendent toujours hommage à la source de cette sagesse. A travers le Père, je suis la source de la sagesse. Si tu ne me connaissais pas avant, c’est que ceux que tu suivais n’adhéraient que superficiellement à la sagesse divine.

DJEHUTY : « J’ai reçu du démiurge lui-même, la connaissance des choses terrestres et divines. En ce sens je suis le Maître des Medw Neter (Paroles divines), le Premier Prophète de la Vérité, le grand Scribe des créatures divines invisibles et visibles, le premier grand Guide divin, la lumière divine personnifiée et la raison créatrice du monde au service des lois divines. »

DJEHUTY : « J’ai reçu directement du démiurge, la mission de guider les premiers hommes sur les voies de la sagesse en leur révélant, entre autres, la technicité de l’écriture afin de graver éternellement les lois divines de Maât, à savoir la vérité/justice. Je suis donc le premier Prophète du Livre Sacré car je reste celui qui a apporté au genre humain, les « Medw Neter » à savoir, les « Paroles/Enseignements Sacrés. » Tel est le premier nom kamit qui a été donné à ce qu’on  appelle aujourd’hui, l’écriture.»

DJEHUTY : « Osiris, à savoir « Wsir », est le tout premier à avoir reçu la mission de guider l’humanité vers la connaissance divine. C’est le premier envoyé de Dieu sur terre qui est mort et ressuscité d’entre les morts pour finalement siéger à la droite de son créateur tout en assurant son rôle de juge dans la Place de la Vérité (salle du jugement dernier). Il est appelé « Woun Nefer » à savoir « l’Être Eternellement Bon » et « Kem Wour » pour « Grand Noir ».. Je fus originellement, son initiateur sur les voies de la connaissance divine car telle est ma mission, montrer les voies de la sagesse à toutes les créatures divines. Mais je reste à son service, car Osiris est « Celui qui veille sur le trône de Dieu » et il fut donc chargé de guider les humains africains vers le divin et en ce sens, mon rôle fut de l’aider à accomplir sa mission.»

DJEHUTY : « Les Kamits, les ancêtres, voyaient le monde différemment car leur mode de vie était diamétralement opposé. Ils étaient des sédentaires plutôt matriarcaux. C’est-à-dire que leur mode de vie était basé sur les points suivants : la vie Sédentaire (la construction de villes, la culture des champs), attitude d’ouverture (en raison d’un climat africain favorable que nous ne percevions pas comme menaçant notre existence), matriarcat (la femme jouit de mêmes avantages que l’homme selon un principe de complémentarité et non pas de rivalité), monothéisme (Dieu ayant recours néanmoins à la biodiversité pour engendrer, développer et maintenir la vie.)  Il en découle que leur vision philosophico-religieuse resta imprégnée des habitudes de vie ancestrale.» 

Prenons Dieu. Pour un chrétien adhérant à l’église romaine, Dieu est unique et en trois personnes (le père, le fils et le saint esprit).

DJEHUTY : « Pour les ancêtres, Dieu est vivant dans la nature, sa création et concoure ainsi au développement et au maintient de la vie sur terre. Sans eau, sans air, sans terre nourricière, etc., point de vie ! Mais Dieu est aussi présent dans la Trinité, à savoir le Père... la Mère et.... l’Enfant (OSIRIS, ISIS, HORUS). Le lien d’amour les unissant tous au divin est Maât, l’esprit divin de la vérité/justice. Impossible selon eux que la Trinité exclut la femme car s’est en prenant femme que l’homme accomplit le mystère divin de la création de la vie et rejoint son père créateur dans sa mission de guide, en quelque sorte, de sa progéniture. C’est cela que nous avions apprit au monde profane autrefois. »

DJEHUTY : « Dieu a conçu l’éternité, l’univers, le monde... le monde a conçu l’évaluation du temps. L’essence originelle de Dieu est le bien, le bonheur, la sagesse, la vie éternelle. L’essence de l’éternité est Dieu, l’essence du monde est l’ordre divin Maât, l’essence du temps est le changement, l’essence de la génération/regénération est la vie terrestre et cosmique. La puissance de Dieu agit dans l’intelligence du cœur (ib), dans le BA et le KA de chaque homme.

Les forces vitales de l’éternité sont la stabilité et l’immortalité, celles du monde sont dans la composition, la décomposition et la recomposition.

L’éternité est en Amon (Dieu), le monde dans l’éternité, le temps dans le monde, la génération dans le temps. L’éternité reste stable dans Dieu tandis que le monde doit mériter l’éternité. Le temps s’accompli dans le monde, tandis que la génération/regénération se réalise dans le temps. La puissance de Dieu est l’éternité, le fruit de l’éternité est le monde, l’essence du monde est le renouvellement de la vie, l’essence de la vie est la mise en action de l’intelligence divine.

Le corps abrite le cœur/sagesse (ib) et le cœur/sagesse abrite l’intelligence divine. Les forces de Dieu sont les énergies, les forces du monde sont les créatures vivantes, les forces des hommes sont la science et les arts. Le mal de l’homme est l’ignorance, le mal du cœur/sagesse est la pulsion destructrice non régulée, le mal du monde est l’asservissement de l’homme aux choses corporelles et terrestres.

Dieu vit dans l’éternité, l’homme vit dans le monde et doit utiliser son cœur/sagesse et ses forces pour faire le bien, le bonheur, la sagesse qui sont l’essence de son créateur, pour vivre éternellement. »

LE RÔLE DU VERBE ET DE LA CONNAISSANCE DANS LA CRÉATION

Dans l’une des versions cosmo-théologiques élaborées par les prêtres du temple sacré de la ville égyptienne d’Héliopolis (Iounou), on découvre que Dieu a du faire appel à deux de ses facultés initiales pour créer « tout ce qui est venu à l’existence » à savoir, tout ce qui existe. Il faudrait chercher les racines de cette pensée dans les textes sacrés de la ville de Héliopolis.

C’est donc par la mise en action ou la vitalisation de deux de ses pouvoirs ontologiques que le ciel, la terre et tout le reste ont été crée par Dieu. Ces deux facultés initiales (Neterou) sont "Sia" et "Hou", c’est à dire, la "Connaissance/pensée" et la "Parole/Commandement".

C’est donc par sa faculté de « Penser », d’imaginer, de percevoir et de visualiser le monde à travers une démarche raisonnée, rationnelle et aussi celle « d’Ordonner » et de commander aux choses en faisant appel aux sons (la voix, le verbe créateur), que le démiurge a donné vie aux divers êtres qui peuplent la terre.

C’est de là que viennent les idées émises par le texte de la création dans sa version chrétienne : "Que la lumière soit", bien que l’explication dans ce cadre, soit encore superficielle.

A ce titre, « Sia » et « Hou » sont les deux premières divinités issues de Dieu et sont par conséquent, des parcelles divines de Dieu en ce sens qu’elles révèlent au grand jour certaines de ses facultés jusque là cachées. Donc pour créer le monde, Dieu a du d’abord faire appel à ses propres facultés en ce sens qu’il a du leur donner vie. Il est donc le créateur de ses propres facultés initiales.

Fidèle à sa tradition spirituelle de garant de l’ordre divin sur terre, le Roi de Kemet (l’Egypte) devait agir en veillant à rester conforme aux valeurs spirituelles de « Sia » et de « Hou », pour accomplir pleinement sa mission, à savoir remettre Maat (ordre) à la place d’Isefet (désordre) partout dans Tamery (le pays bien aimé).

Pour les prêtres africains, si le siège de la connaissance était le cœur, celui de la parole était la langue, voir la bouche ou les lèvres. Ainsi, en parlant de Dieu, les anciens disaient :

« Sia est son cœur, Hou ses deux lèvres » ou encore lorsqu’ils donnent la parole aux créations : « Je suis Hou sur sa bouche et Sia qui est dans son corps ». On obtient au final  « Hou est dans ta bouche, Sia dans ton cœur et le mouvement de ta langue est le cri de la Maat ».(Cf. Textes des sarcophages, sp. 647).

Le cœur (dans le corps) pense, conçoit l’idée de la création selon l’ordre divin Maat et la langue reprend l’idée et l’exprime verbalement engendrant la création, acte que seul Dieu (appelé Amon (pour le caché), Ra (pour le rayonnant), Atoum (pour le créateur)) peut accomplir.

Le « cœur-pensant » (parole intérieure) a donc une primauté sur la langue (parole extérieure) qui a pour mission d’exécuter ce que le cœur a pensé. Ainsi, les connaissances et les pensées résident dans le cœur.

Dans cette optique, somme toute logique, la parole devient le véhicule de la pensée. Dieu imagine puis crée par la parole, par le verbe. La parole devient le lieu de passage de l’imaginaire à la réalité tangible. Un extrait du papyrus Leyde nous aide à cerner la pensée des prophètes africains de la période pharaonique :

« Dieu apparut sur son trône quand son cœur le voulut...  et il était seul.  Il commença à parler au milieu du silence... Il commença à crier, la terre était dans une stupeur silencieuse.  Ses rugissements ont circulé partout sans qu’il eût un second Dieu (avec lui) ; faisant naître les êtres a qui il a donné la vie. » [1]

D’autres textes disent encore : « Sa parole est une substance...  Ce qui sort de l’ouverture de sa bouche se réalise...  Ce qu’il a dit en son cœur on l’a vu venir à l’existence. »   Il en résulte que tout ce qui existe provient du verbe divin : Medou (paroles divines), Hou (connaissance), Maat (ordre divin).

Les origines historiques de la bible    Mystère de l'eucharistie   LES 42 COMMANDEMENTS DE DIEU DE LA VALLÉE DU NIL

Retour début de la page

 Références bibliographiques:

[1] Cf. A. Moret, Mystères Egyptiens, Paris.

Le retour à la page Sommaire  Cliquez Ici

 

Envoyez un courrier électronique à :  eglise.animiste@wanadoo.fr  pour toute question ou remarque concernant ce site Web. Copyright © 2004. Eglise Animiste
Concept site web :  CHAM Oyabi