ORIGINE DE CONCEPT DU MONOTHÉISME

Le Dieu Unique « Aton » Dieu de Lumière

Aucun doute, le culte des ancêtres remonte à l'antiquité égyptienne. Le principe est de faire des sacrifices aux mânes des défunts, sur leur tombe ou devant leurs tablettes ancestrales (installées dans chaque maison). Ces tablettes portent le nom et la date de naissance du défunt, ainsi qu'un petit réceptacle sur l'arrière contenant un papier où sont écrits les noms de ses ancêtres. On brûle régulièrement de l'encens devant la tablette funéraire.

Le culte des ancêtres puise ses racines dans l’animisme et a pour vocation de perpétuer la mémoire de ses ancêtres afin qu'ils apportent leur bénédiction à la famille. Ceci vient du fait que les Égyptiens, pensent que l'homme descend du divin par ses ancêtres. L'ancêtre est donc un modèle à suivre pour ses descendants. C’est aussi le culte des composants de la famille. Ainsi, l'influence animisme est immédiatement perceptible dans la culture, particulièrement dans la vie sociale et dans ses valeurs familiales et morales.

Le salut des âmes solitaires.

Les sacrifices sur les collines ou sur les tombes des morts ont lieu au printemps et en automne. Ainsi, durant l'équivalent de la Toussaint (de nos jours), la fête animiste de toutes les âmes des morts, a lieu le quinzième jour de la septième lune et donne l'occasion à de grandes cérémonies. Ces cérémonies sont destinées à assurer le salut des âmes solitaires, de ceux qui sont morts loin de leur pays natal ou qui n'ont personne pour perpétuer leur mémoire.

Toutefois, notre seigneur Osiris a enseigné un culte de respect pour les ancêtres. Fondamentalement il était un philosophe dont la philosophie s'est développée à travers l'étude de la langue africaine. Il collectait les vieux poèmes et les dires des sages anciens. En effet, il a codifié la tradition du culte des ancêtres en quatre catégories : poésie, histoire, liturgie et musique. L’homme de vertu, un intellectuel, avec un amour particulier de la poésie et de la musique.

Au lieu de discuter d'expériences animistes, il méditait l'aspect humain de la poésie. Il n'a jamais déprécié la piété religieuse mais il a mis l'accent sur l'étude de l'humanité en tant que telle. Ainsi sa philosophie était une anthropologie essentiellement humaniste. C'est comme cela qu'il est arrivé à un système éthique universel pour les différents peuples d’Afrique, d’Orient et de l’Occident. En termes de politique, il a enseigné le respect d'une hiérarchie de vertus morales. Le politicien doit surtout être vertueux et respecter le culte des ancêtres.

Si nous cherchons une vision métaphysique dans sa philosophie nous trouverons un respect fondamental pour la vie humaine. Sa dévotion pour le culte des ancêtres était basée sur l'instinct vital humain. Il a ainsi encouragé la piété filiale comme une vertu fondamentale et son code de bonne conduite, était dérivé d'une morale de type familial qui mettait l'accent sur le bien commun du groupe et de la famille plutôt que sur le bien de l'individu. Selon Thot, la piété filiale était essentielle dans une société humaine et pour l'harmonie de toutes les formes de vie dans l'univers. Ancêtres et pharaons étaient les symboles de l'énergie vitale. Cette nouvelle interprétation de la pensée de Thot éclaire quelque peu l'histoire du Culte des ancêtres dans notre humanité. Notons : «La vie humaine doit être respectée pour sa valeur collective telle qu'elle existe dans les groupes familiaux, les clans etc.» On pourrait dire que nous sommes formés par ceux qui sont partis avant nous. Cette conception de la personne est différente de celle que l'on trouve dans la Bible. Dans la Bible, l'être humain a une valeur unique parce que Dieu parle personnellement à chacun individuellement.  

Le Culte des Ancêtres a intéressé  le théologien, le Pape Jean-Paul II. On trouvera ses propos en page 130 de son dernier livre paru le mois dernier aux Éditions du Rocher sous le titre « Mon livre de méditations.» Voici le passage essentiel :
«Au lieu de s’étonner que la Providence permette une telle diversité de religions, il faudrait plutôt s’étonner que nous y trouvions autant d’éléments communs. Il faudrait évoquer toutes les religions primitives de type animiste qui mettent au premier plan le culte des ancêtres. Il semble que leurs adeptes soient particulièrement proches de la chrétienté. C’est aussi avec eux que l’action missionnaire de l’Église trouve le plus facilement un langage commun. Le culte des ancêtres n’est-il pas une sorte de préparation à la foi chrétienne en la Communion des Saints grâce à laquelle tous les croyants – morts ou vivants- créent une seule communauté, un seul corps ? Et la foi en la Communion des Saints, c’est en somme la foi en Christ qui est la seule source de vie et de sainteté pour tous

LE PATRIARCHE NOÉ ANCÊTRE DE L’HUMANITÉ

Le patriarche Noé l'ancêtre « universel », Bien sûr, Noé reste  une énigme par sa dimension historique et humaine. Mais peu importe qu’il soit prie pour un alcoolique par des auteurs de la bible (Gn, 9-20-22) L’éthique universelle, Noé  appartient ni à aucune Race, ni d'une Nation, d'un Empire, ni d'un peuple particulier. Assurément, l’humanité le reconnaîtra par son divin nom, son emblème universel :

— En hébreux Noah, pour les Sumériens, il est « Ziusu-dra », les Babyloniens « Um-Napishtim » et « Manou » pour les Indiens et les Africains, etc. Il est le symbole, l’expression d’ouverture, de consentement universel. Et, seul juste au milieu d’un déploiement d’iniquités (Gn 6, 8-11), il échappe au sort commun, germe nouveau pour l’humanité (Sir 44, 17-18 ; Sg 10,4). 

— Pour le nouveau Testament, il est celui qui à convertir ; il condamne le monde incrédule et railleur qui se fie à ce qu’il a toujours vu, qui ne croit pas en l’imminence du jugement, qui se laisse vivre (Mt 24, 37-39 ;2 P2, 5 ; 1 P 3, 20).

— Dans l’Épître aux Hébreux en particulier (11,7), Noé est loué d’avoir eu la foi qui « condamne le monde » et qui fait confiance à Dieu lorsque celui-ci avertit de ce qui doit arriver. A l’inverse donc des autres personnes, Noé ne se fit pas aux apparences.

— Ouvert au monde et aux mystères de l'Ancêtre Universel,  il vainquit le « péché originel » et déchanter l'Esprit maléfique dans monde visible et invisible. Et qui fait triompher la vie contre la mort physique.

Le référent  patriarche Noé reste la source à irriguer des valeurs spirituelles et humaines. Les tablettes bibliques affirment la justesse de Noé, l’homme intègre et marchait droit, dans la vraie lumière de l'Eternel, et que sa vénérable progéniture était de trois fils : Sem, Cham, Japhet. C’est le divin chef de famille, le père des pères de l’humanité, l’ancêtre universel. Et,  si la colère de l'Eternel, était de nature à exterminer tous les êtres vivants, il signifiait tout juste la volonté de faire disparaître la violence, l’iniquité, en purifiant la terre. Mais, il aurait réalisé une concession de confiance très importante, en préservant la maison de Noé et certains êtres vivants qui eurent trouvé grâce de Dieu l'Eternel. Donc, on passe de « dé-création » à la « ré-création » de la nouvelle  l'humanité, aujourd'hui la nôtre, dont le Patriarche Noé aura sauver, protéger tous les êtres vivants, embarqués dans l'Arche de bois de Gopher, par la volonté de Dieu Universel. (Gn. 6,7) Désormais, Noé le Divin Ancêtre de l'humanité. 

Mettons-nous en la Présence de Dieu Amon-Râ, et Adorons-le car il nous aime

Alors que la plupart d’entre nous, sont persuadés que les « Progrès » des Savoirs scientifiques nous apportent aujourd’hui l’essentiel de ce que l’Être Humain a à savoir ! Il n’empêche que cette conviction est contredite par des faits patents : les tensions – voire les conflits – dans les couples, au sein des familles entre enfants et parents, dans les entreprises qui ne sont dirigées qu’en vue de l’argent, des finances et du profit.
La plupart des dirigeants et des cadres ne recevant pratiquement pas d’entraînement au respect et aux Relations humaines, le chef d’entreprise – généralement appelé « Patron » - se perçoit comme un officier supérieur donnant des ordres et devant, être obéi sans discuter. Il ne se vit pas comme l’animateur d’une Équipe… pour le Bien et les intérêts de tous ses équipiers.
Alors quelle attitude adopter ? Suivre le courant en participant à cette décadence dans l’illusion que « je m’en sortirai toujours » ?
L'église Animiste de notre Temps demande, que les jeunes, les moins jeunes s'engagent vigoureusement pour le développement intellectuel et spirituel. Et, qu’ils ne se laissent pas abuser par des partisans de business de la foi qui envahissent une partie du continent africain. Et, lance le message d’Osiris le divin premier envoyé de Dieu pour instruite l’humanité entière :

  « Viens et écoute-moi, si on te propose un Dieu qui ne vous ressemble pas, dit toi qu’il n’est pas le tien.»  L'église de Dieu Amon-Râ et Divinités. Croyance en Dieu l'Unique en la forme différente (polythéisme) lance sans arrêt l'appel d'espérance  aux fidèles et non fidèles, de venir participer, s’ouvrir aux connaissances divines pour organiser l'église de troisième millénaire. Certes, les animistes forment un peuple qui constitue un espace-spirituel, la croyance de monde visible et invisible étroitement mêlés, mais qui intègre à la sphère de l’humanité entière.

— Peut-être faut-il retrouver aujourd’hui l’âme de la religion animiste qui mêle si étroitement le sacré, la vie quotidienne et la grandeur de l'Homme ? Chacun est appelé par son initiation formelle ou informelle à se mettre au service de nos valeurs spirituelles à la gloire de Dieu créateur de l’univers.

L'Unité dans l'Esprit des Ancêtres.

  Dans la pratique, le contact se réalise par la prière, la méditation, par un rituel singulier constant, en pensant au défunt, l’un ou des parents ou membres de famille proche. 

"Unicité" pour "Dieu Unique" à l'origine de toutes les formes  de vie. "Multiple" pour "aux divers aspects" révélant les potentialités infinies. Ainsi dieu a conçu l'éternité, l'univers, le monde a conçu l'évaluation du temps. L'essence originelle de Dieu est le bien, le bonheur, la sagesse, la vie éternelle. L'essence de l'éternité de Dieu, l'essence du monde est l'ordre divin Maât, l'essence du temps est le changement, l'essence de la génération/régénération est la vie terrestre et cosmique.

— La puissance de Dieu agit dans l’intelligence du cœur, dans le et le de chaque homme. Les forces vitales de l’éternité sont la stabilité et l’immortalité, celles du monde sont dans la composition, la décomposition et la recomposition. L’éternité est en Dieu Amon-Râ, le monde dans l’éternité, le temps dans le monde, la génération dans le temps. L’éternité reste stable dans Dieu tandis que le monde doit mériter l’éternité. — Le temps s’accompli dans le monde tandis que la génération/régénération se réalise dans le temps.

— La puissance de Dieu est l’éternité, le fruit de l’éternité est le monde, l’essence du monde est le renouvellement de la vie, l’essence de la vie est la mise en action de l’intelligence divine.

— Le corps abrite le cœur/sagesse et le cœur/sagesse abrite l’intelligence divine.

— Les forces de Dieu sont les énergies, les forces du monde sont les créatures vivantes, les forces des hommes sont la science et les arts.

— Le mal de l’homme est l’ignorance, le mal du cœur/sagesse est la pulsion destructrice non régulée, le mal du monde est l’asservissement de l’homme aux choses corporelles et terrestres. 

— Dieu vit dans l’éternité, l’homme vit dans le monde et doit utiliser son cœur/sagesse et ses forces pour faire le bien, le bonheur, la sagesse qui est l’essence de son créateur, dans la quête de l'immortalité.

L’animisme réinterprété

Pour étudier l'Afrique, l’Orient, non seulement en termes géographiques ou anthropologiques mais aussi en termes de philosophie et de culture afin de mieux comprendre les caractéristiques communes des peuples d’Afrique, de l'Asie de l'Est, nous avons besoin d'une nouvelle conception de l’animisme. N’oublions pas que le confucianisme en Chine et le shintoïsme au Japon sont Inspirés par l'animisme. Ceci est d'une nécessité absolue, pour comprendre les enjeux du troisième millénaire.

Ces dernières décennies il y a eu beaucoup de travaux sur le confucianisme en Chine et au Japon. Ces études concernent généralement la signification réelle du confucianisme et son influence au Japon et en Chine dans les domaines de la gestion des entreprises, de la bio-éthique, des stratégies politiques, des études sociales, de la psychologie, de la philosophie de la vie et des comportements quotidiens en famille et en groupe. Les études récentes les plus complètes concernent les relations du confucianisme et de la religion. Généralement considéré comme une philosophie, le confucianisme établit des principes de conduite sociale qui concernent la morale de la famille en tant que groupe social.

La conception confucéenne de la piété filiale maintient le lien avec les ancêtres décédés mais se préoccupe aussi des vivants et des morts et est un signe de respect pour la pérennité de la vie. En d'autres mots, la piété filiale vénère l'instinct de vie et est réellement un acte religieux animiste.

 N'ayez pas Honte de vos Valeurs Spirituelles.

INITIEZ-VOUS !!!

  monothéisme  Unicité du genre humain

Retour début de la page 

Le retour à la page  Sommaire

 

 


Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2013.