Accueil Contactez-nous Sommaire Recherche 

 

Eglise Animiste de la Première Alliance Cosmique avec OSIRIS

 

 

 

Puissance de Continence

 

Le Célibat de la prêtrise eut origine des religions Animistes lesquelles soutenaient que tout objet existant sur la terre, qu’il soit animal, végétal ou minéral, avait une énergie intérieure (animisme).  En partant de cette démarche, ces croyances arrivèrent à la conclusion que les hommes, tout en possédant tous, cette énergie intérieure, se différenciaient quand-même entre eux, car il y en avait certains qui ou par privilège de naissance ou pour mérites acquis, en avaient plus des autres. La cause à laquelle ils attribuaient principalement l’accroissement de cette force intérieure, qu’ils appelaient  « Mâalah », était la Puissance de Continence par excellence.

Mâalah. Plus un homme restait sexuellement pur et plus il s’enrichissait de cette force prestigieuse de laquelle ils faisaient dépendre les pouvoirs magiques qui permettaient d’invoquer la pluie, de guérir les malades, d’assurer les victoires et même de ressusciter les morts. 

Ceux-ci furent ceux qui, en s’attribuant des pouvoirs de médiation entre les hommes et les divinités, donnèrent lieu à la figure du prêtre dans les religions qui suivirent. Le Mâalah, d’après certaines croyances, restait dans le corps et dans l’âme du vivant, même après sa mort et il pouvait accomplir des prodiges à travers des influences qu’il envoyait de l’outre-tombe. C’est sur cette conviction que l’Eglise catholique confirme la sainteté de ses héros par le moyen de miracles effectués « post mortem ». (Un miracle donne la béatitude, deux miracles la sainteté).

Le Sacerdoce de Femmes. Le motif pour lequel, excepté de très rares cas, le sacerdoce n’était pas permis aux femmes dépendait du fait que celles-ci, tout en restant castes, ne pouvaient accumuler énergie à cause de la dispersion que celle-ci subissait au moment des règles lesquelles, en plus de leur faire perdre la vertu charismatique, les rendaient aussi impures. 

Étant donné que l’unique période pendant laquelle une femme pouvait accumuler le Mâalah était celle qui précédait les règles, et par conséquent les vierges de la puberté étaient tenues en si grande considération en tant que dispensatrices de bénéfices, qu’il y a des cas au cours de l’histoire qui racontent de rois et de héros qui se mirent au lit avec elles pour prendre force et guérisons de leurs fluides positifs. Celle-ci est l’origine pour laquelle le Christianisme réserve une grande considération à ses Saintes Vierges.

En suivant cette conviction animiste, nombreuses furent les religions qui imposèrent aux prêtres l’abstinence sexuelle afin qu’ils puissent acquérir les dons surnaturels qui leur auraient permis de s’élever au-dessus des autres hommes pour pouvoir s’interposer entre eux et Dieu. Afin de s’assurer la chasteté absolue, les prêtres de Cybèle, de Ishtar et de Artémise se coupaient le membre avec des couteaux de silice.

Comment Atteindre le Nirvana ?  Dans la religion taoïste, les prêtres, sûrement plus rusés, considérant que la force se perd avec la sortie du sperme, en refusant toute forme d’émasculation, affirment que l’on peut parvenir à l’accumulation de Mâalah même en éprouvant l’orgasme à condition que l’on réussisse à retenir le sperme. 

Tout dépend d’une force intérieure qui, en en empêchant la sortie, permet qu’il retourne en circulation dans le corps par le moyen d’une absorption qui est effectuée par la moelle épinière. Et le bénéfice qui dérive de cette « autofécondation » est tellement important, qu’elle est considérée comme la présupposition de base pour pouvoir parvenir à la perfection spirituelle qui est indispensable pour atteindre le Nirvana. 

 Mathieu, le rédacteur du premier évangile canonique, qui en tant que croyant exalte la castration sacerdotale lors de la réponse que Jésus donne à ses apôtres lorsqu’ils lui font remarquer que si l’homme ne peut répudier la femme, car le mariage est indissoluble, cela ne convient pas de se marier :

 « Tous doivent se marier moins que ceux à qui l’on concède de ne pas le faire. Il y a en effet des eunuques qui naissent ainsi du ventre de la mère ;  il y en a d’autres qui ont été rendus eunuques par les hommes ; et il y en d’autres qui se sont faits eunuques pour le royaume des cieux ». (Mathieu 19-12)
D’après ce qu’affirment les évangiles Jésus n’était pas marié, cette expression reportée par l’Évangile de Mathieu assume une énorme importance car elle nous fait comprendre comme Jésus ait été construit prêtre par excellence, afin qu’il puisse servir comme exemple aux prêtres qui, selon l’Église Catholique, doivent être pareils à lui pour pouvoir accomplir leur ministère parmi les hommes.

Mais, le Mâalah attribué à Jésus est parmi les plus puissants qui puissent être conçus : Il redonne la vue aux aveugles, redresse les jambes des estropiés, il exorcise les endiablés, ressuscite les morts et guérit même avec la seule force de sa veste si elle est touchée par celui qui le supplique d’accomplir un miracle à distance.

Le prêtre en général, donc, pour pouvoir accomplir les prodiges sur la terre, comme par exemple remettre les "péchés", libérer les possédées par le "démon", guérir les maladies avec l’huile sainte, assurer une bonne récolte avec les Rogations et surtout effectuer le miracle de la transformation du "pain et du vin" dans le corps et le "sang du Christ", doit être pareil à Jésus surtout dans la chasteté qui est la vertu indispensable pour pouvoir accomplir le ministère sacerdotal. 

Pureté Exigée Face au Christ ! Alors ce prêtre impur par le mariage, en plus de ne plus avoir le « Mâalah » qui lui permet d’effecteur des prodiges, rendrait "impur" Christ même avec lequel il s’unit chaque fois qu’il célèbre le Sacrement de l’Eucharistie.

Le Sacrement où il s’identifie à Christ en disant : « Ceci est mon corps, ceci est mon sang ». En rendant impur Christ, il rendrait vaine la communion des saints qui est à la base de l’institution de l’Église laquelle, en tant que vierge épouse de Christ, exige la pureté de tous les membres qui constituent son corps.

Un prêtre impur par le mariage, c’est-à-dire par l’union charnelle avec une femme, ne pourrait plus avoir le « Mâalah » qui lui permet d’absoudre les péchés, de célébrer la messe, d’exorciser et d’accomplir toutes les fonctions qui le rendent supérieur à tous les autres hommes, y compris les Rois et les Empereurs, qui s’agenouillent devant lui pour avoir l’absolution de leurs péchés...

La prêtrise  Le culte de l'ancêtre Immigration Africaine  Comprendre le rituel de mariage animiste

Retour début de la page

 Le retour à la page  Sommaire

 

 




 

 

Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2013.