La Mort du Corps  
« Ce que tu es, je le Fus, ce que je suis, tu le Seras »
(Saint Césaire d'Arles,
Sermon au peuple).





La mort n'est jamais instantanée elle s'opère par degrés, comme le sommeil. Tant que le sang n'est pas complètement refroidi, tant que les nerfs peuvent tressaillir, l'homme n'est pas complètement mort, et, si aucun des organes essentiels à la vie n'est détruit, l'âme peut être rappelée, soit par accident, soit par une volonté forte.L’homme, une créature terrienne à l’image de Dieu, pétri de la boue, doué de l’intelligence. La mort, à l’origine une possibilité de sa constitution, il n’y était pas assujetti, et il n’y était pas naturellement destiné. Bientôt placé au rang de « quasi-fils » de Dieu, il s’est targué de l’égalité avec Dieu. Mais, lorsque la faute grave arriva, inhérente à la découverte de la connaissance du Bien et de Mal, cette transgression, entraîna la déchéance : la genèse de la mort. Ce long voyage étrange, face à soi-même. Certes, tous les hommes meurent et les enfants naissent. Les vivants cessent de vivre et la vie se poursuit. La mort ne serait-elle  récréation ou recommencement de l’humanité ? Pour la simple raison essentielle, ne fût-ce que l’humanité doit réguler, le rythme et l’équilibre de son évolution démographique. La mort n'oublie personne. Jeunes ou Vieux, Malades ou bien Portants. Quelle que soit la doctrine philosophique ou spirituelle, passée ou présente, la genèse de la mort, entraîne l'homme à comprendre, à s’interroger sur la vie.

La Peur de la Mort

 
Alors que la durée de vie augmente, le peur de la mort n’a jamais été aussi forte. Notre effroi serait dû à un appauvrissement progressif des rites funéraires. Le sentiment est que, la peur de la mort s'est accrue dans nos Sociétés postmodernes. D'abord, parce que les progrès de la science qui ont permis un accroissement de la longévité la font paraître d'autant plus implacable. Ensuite, parce que tous les médias véhiculent des images épouvantables de  a mort qui sont le plus souvent sans rapport avec la mort telle qu'elle survient habituellement chez les Occidentaux. C'est-à-dire principalement chez des gens d'un certain âge, avec une vie plus ou moins accomplie, à une seconde ou ils ont eu le temps d'y penser. Enfin, parce que la baisse de la religiosité s'accompagne d’une diminution de la croyance en un au-delà et d'une disparition progressive des rituels de passage. Certes, les Rites ne peuvent suffire à apprivoiser notre peur de mourir.Il est évident que la peur de la mort est inhérente à notre condition humaine, et rien ne pourra jamais l'effacer. Mais on peut rendre cette peur plus supportable en la contenant dans des rites et en rompant le silence qui l'entoure. Par exemple, on gagnerait à écouter les désirs des anciens concernant leurs funérailles et la manière dont on se souviendra d'eux. Parler des morts à venir permet de poser des repères qui atténueront le traumatisme. Chacun peut ainsi être rassuré sur son sort une fois qu'il sera sorti de la catégorie des vivants.

La Tragédie Sacrée, de la mystique du Corps

Je signale ici l'opinion assez étrange de certains Initiés qui distinguent la mort apparente de la mort réelle, croient qu'elles viennent rarement ensemble. A leur dire, la plupart des personnes qu'on enterre seraient vivantes, et beaucoup d'autres, qu'on croit vivantes, seraient mortes. Les grands hommes et les vrais sages ne sont jamais enterrés vivants !!!Lorsque l'Homme a bien vécu, le cadavre astral s'évapore comme un encens pur en montant vers les régions supérieures; mais si l'homme a vécu dans le crime, son cadavre astral, qui le retient prisonnier, cherche encore les objets de ses passions et veut se reprendre à la vie.Et l'âme? C’est le retour de l’âme à ses origines vitales. Ainsi, le corps se meurt-il définitivement ? Et, le difficile voyage l'âme, vers la sphère des immortels commence. Dépouillée de son enveloppe charnelle, elle pénètre l'espace cosmique, frontière symbolisant l'ultime limite entre la terre et la lune : sublunaire. Donc on parle de (l'Esprit Cosmique).Toutefois, se trouvant devant Osiris le Dieu de Nécropole et les immortels, pour le procès d’« exemplarité ». Moment ultime du jugement originel, à partir duquel bascule le destin de l’Esprit Cosmique, en trois directions originelles :— Le retour définitif vers la « sphère des immortels »,couronne les séries nécessaires de la réincarnation successive. Pour les Osiristes, Animistes c’est le triomphe spirituel. On parle de (l'Esprit Cosmique parfait.)

Les Esprits Imparfaits

Ils se trouvent en bas de l'échelle spirite. Chez eux la matière prédomine et les rend enclins à tous les vices qui en dérivent ; ils sont sujets à la plupart des imperfections : l'envie, la jalousie, l'orgueil, l'égoïsme, la sensualité, le plaisir de faire le mal. Ils ont l'intuition de Dieu, mais leurs connaissances sur le monde spirituel sont vagues et obscures de par leur matérialité grossière. Ils se rendent compte du bonheur dont jouissent les bons Esprits et en éprouvent de l'envie ; la jalousie qui en dérive est pour eux un tourment. Ils restent sous la domination des passions qu'ils n'ont pas su dompter dans leurs incarnations précédentes ; ils ont le désir de les satisfaire et ressentent toutes les tortures déterminées par l'impossibilité de les assouvir. Il existe deux possibilités: Soit un nouveau cycle de réincarnation ou la déshumanisation simplement. — Le cycle  réincarnation successive dans la « matrice humaine », cela implique le retour à la quête de repentance. Retrouver  les valeurs de l'équité, la perfection et l'humanisme. Réincarnation n’est donc pas reproduction….. — Et le Pire de tout, c’est le jugement négatif: là la descente à « l’enfer ».L’Esprit cosmique quitte « la sphère humaine. » La sévère condamnation! Le mystère de la mort occupe une place indéniable, pour comprendre la mystique du Corps Astral.


ENSEMBLE PRIONS…

 Ô Il est vraiment digne et juste de vous rendre grâces en tout temps et  en tout lieu, Dieu tout-puissant et éternel, par notre bien aimé Osiris prophète divin. En qui brille pour nous l'espérance de la réincarnation, afin que ceux qu'attriste la certitude de la mort, soient consolés par la promesse de l'immortalité. La mort. Le cruel châtiment est venue lui rappeler l’autre vérité de sa nature, son état de créature, et de créature d’ici-bas. (Thot).

Certes, la vie est transformée, mais, n'est pas enlevée et lorsque l'enveloppe de ce terrestre séjour tombe en poussière, une éternelle demeure les attend dans les cieux. C'est pourquoi avec les immortels, sur  le Trône d’Osiris Dieu de la Nécropole, et avec les chœurs célestes nous chantons l'hymne à la gloire de tout-puissant Dieu Amon-Râ. Nous avons dit que dans la lumière astrale, se conservent les images des personnes et des choses. C'est aussi dans cette lumière qu'on peut évoquer les formes de ceux qui ne sont plus dans notre monde, et c'est par son moyen que s'accomplissent les mystères aussi contestés que réels de la nécromancie. (Cham)Que l’œil d’Horus Veille !

précédente  Naître et Mourir    Organisation de la Survie  Les morts ne meurent pas   Expérience de mort imminente  Quand la mort offre la vie


Retour début de la page



Le retour à la page  Sommaire 





 

Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2013