Accueil Contactez-nous Sommaire Recherche 

 

Eglise Animiste de la Première Alliance Cosmique avec OSIRIS

 

 

Animistique Paradigme Nouvel

 Démarche Historique

L’Animistique est plus qu'un champ d'études et de recherches: dans la prière, la vie fraternelle et de l’ouverture sur le monde extérieur de la sphère publique. En tous cas, en provoquant le traitement, l'échange et le stockage de quantités immenses d'informations. Enfin la réflexion sur l’humanisme, la laïcité au cœur des chavirements de la mondialisation du modèle capitaliste libéral. En fait, il y va dans la relation et l’expérience religieuse.

Le terme «écologie» vient du grec oikos «maison», «habitat» et : c'est la science de la maison, de l'habitat. Historiquement, il fut inventé en 1866 par le biologiste allemand Ernst Haeckel, bien que l'essayiste et poète américain Henry David Thoreau l'ait peut-être employé dès 1852. Il semble avoir été utilisé pour la première fois en français vers 1874. Cependant, en tant que science est généralement considérée comme récente, étant seulement devenue prééminente dans la seconde moitié du XXe siècle.

Dieu la Nature et l’Homme.

Concepts principaux de la pensée Animistique. On peut dire aussi, le développement récent de la spiritualité «écologique» a rendu indispensable une réflexion de fond sur l’écologie «moderne», la structure et les procédures de la connaissance du développement économique et social.

Toutefois, le Sommet de la Terre, à Rio en 1992, a marqué la prise de conscience internationale du risque de changement climatique. Les états les plus riches, pour lesquels une baisse de croissance ne semblait plus supportable et qui étaient en outre responsables des émissions les plus importantes, y avaient pris l'engagement de stabiliser en 2000 leurs émissions au niveau de 1990.

Enfin, c'est le Protocole de Kyoto, en 1997, qui traduisit en engagements quantitatifs juridiquement contraignants cette volonté. Il vise à lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de gaz carbonique.

Il n’y a eu aucune modification structurelle des modèles non durables de production et de consommation dans le monde développé. La société de consommation continue à prévaloir, produisant des quantités non durables de résidus et de déchets. C'est là une bien grande souffrance!

Le principe établi à Rio selon lequel toutes les nations ont une responsabilité collective mais distincte en matière de préservation des conditions de vie sur la planète ne s’est pas traduit par des ressources supplémentaires et il n’a pas conduit à un transfert des technologies non polluantes, vers les pays en développement.

Au contraire, nous assistons à une prédominance d’idées encore plus conservatrices qu’il y a dix ans. Les préoccupations quant au prix à payer pour la durabilité et aux sacrifices à consentir en matière de croissance économique si nous voulons garantir nos conditions de vie futures dictent maintenant les attitudes vis-à-vis des questions environnementales.
La nature et l’Intellect de l’Homme.

Généralement la réflexion dans tous les aspects, de la valeur des connaissances, la production et créativité. Ainsi, la création de toutes choses en et «hors» de Dieu, selon les idées divines. Ne serait-ce qu’un compromis entre l'intellect de l’Homme et l'intellect Divin.

L'intellect occupe une place à part dans la création : il est créé à l'image de Dieu lui-même, et non pas de l'une de ses Idées. Issu de Dieu, l'intellect humain à la possibilité d'y retourner: Le retour en Dieu signifie l'union à l'Être divin : l'opération de l'intellect humain divinisé est celle de l'Intellect divin lui-même. On le voit le champ est vaste. Presque tout y est encore à défricher. Les méthodologies restent souvent à inventer. Les concepts eux-mêmes,  doivent souvent être reformulés avec soin.

Puisque les logiques, les identités républicaines, religieuses, les traditions font tous parties intégrantes de la Connaissance humaine et donc, comme tels, soumis à des cycles de vie et de mort, pour éviter le piège tautologique ou réductionniste, il se doit de les inclure tous mais en les dépassant. On comprend qu'il serait absurde d'étudier la connaissance quasi-scientifique en lui appliquant, telle quelle, la méthode cartésienne. La regarder au travers de la vieille fenêtre positiviste ou scientiste reviendrait à la faire s'admirer elle-même dans un miroir opaque ou brouillé.

Changeons de Paradigme !    

On se propose d’examiner les formes de cette articulation problématique entre l’expérience singulière et communautés objectives de l’Homme. L'unité ou la pluralité de l'intellect humain ? Il y a sans doute, l'homme, après s'être libéré des dangers de la Nature sauvage, se libère, aujourd'hui, peu à peu, de l'emprise de la Machine (emblème et modèle mécaniste de la Modernité) et de l'Objet (emblème de la société mercantile de la consommation) pour entrer dans l'ère de la connaissance et de la pensée créative. Cette libération n'est pas neutre quant aux comportements.

D'un point de vue moins philosophique mais plus animique (relative à l’âme), on appelle «Animistique» le passage de l’Ancestralisme, l’Animisme à l’Animistique, voire le passage de la société de consommation à la société de la connaissance, de l'économie industrielle à l'économie immatérielle et environnementale.

Celle-ci induit déjà des changements comportementaux et sociaux fondamentaux. C'est ce que les sociologues américains Paul Ray et Sherry Anderson ont appelé : L'Émergence des créatifs culturels (Ed. Yves Michel – 2001). En deux mots, hors de la bipolarité classique entre «modernistes» les tenants du progrès technologique, de la consommation effrénée et de l'euphorie hédoniste et «traditionalistes» les tenants du «bon vieux temps» et de toutes les nostalgies morales, idéologiques et religieuses, les enquêtes menées montrent la montée d'une troisième force, qui représente entre 25 et 30% des populations adultes dans le monde postmoderne. Cette troisième force, les créatifs culturels, déploie une conception du monde et de la vie qui, probablement, deviendra bientôt dominante. On y trouve les valeurs principales suivantes : Autonomie sociale, respect actif de la nature de l'environnement, spiritualité, accomplissement de soi, défiance politique etc. Certes, il n’est pas facile d’opérer un changement de paradigme de cette ampleur. Une vaste mobilisation est nécessaire pour contrebalancer les positions toujours plus dures de certaines parties prenantes et la timidité d’autres.

Le «Talis» des Mânes.

L’intellect miroir animique. Le Talis en sa forme de base est un symbole universel dans l’espace et le temps. L’objet en métal sacré inspiré et réaliser de forces spirituelles et magiques, méthodologie Djéhuty (Dieu Thot) l’initiateur originel du calendrier des cycles des saisons en Égypte antique. Le miroir animique décrit dans les «Textes des Pyramides» qui remonte à 3000 ans avant notre ère. Comme le scribe parfait aux mains pures, Thot plus qu'un divin créateur, il est le verbe même du dieu créateur. Tout, pousse à croire, rien que le fait de porter le Talis des mânes, provoque en vous la personne très puissante et la protégée contre des ondes négatives ; car il à la faculté de détruire n'importe quelle sorte l'influence néfaste, en occurrence la Sorcellerie, les maladies Incubes et les Succubes et autres sortilèges maléfiques et mortels.

Le Non-créé initial. Quand je naquis dans le Noun avant que le ciel ne vint à l’existence, avant que la terre ne vint à l’existence, avant que ce qui devait être établi ferme ne vint à l’existence, avant que le tourment ne vint à l’existence, avant que la crainte qu’inspira l’œil d’Horus ne vint à l’existence.

L’Avant cosmique. Parole à prononcer : « La mère du (roi) était enceinte avec lui celui qui est dans le ciel inférieur (Douat) ; le (Roi) est né de son père Atoum, alors que le ciel n’existait pas encore, alors que la terre n’existait pas encore, alors que les hommes n’existaient pas encore, alors que les dieux n’étaient pas encore enfantés, alors que la mort (même) n’existait pas encore.

Le Destin stellaire de l’Homme après la vie. Les portes du ciel sont ouvertes pour toi ; les portes du firmament s’écartent pour toi, celles qui repoussent les rebelles, Thot t’acclame, le peuple solaire te salue, les étoiles impérissables se dressent pour toi. Et voilà. !

Œuvrons ensemble !
De cœur ouvert à la main tendue. Comme s’il était possible de mesurer le bien-être d’une société uniquement avec des critères comme le revenu national ou le produit intérieur brut ! Une augmentation du revenu ou du PNB d’un pays ne se traduit pas automatiquement par une amélioration de la qualité de vie de ses citoyens. De nombreux domaines de développement sont tributaires de politiques publiques adaptées, de pratiques commerciales responsables et éthiques, d’une sensibilisation sociale accrue, et du bénévolat et de la philanthropie d’ailleurs, obtenir un développement durable, il faut que tous les secteurs de la société œuvrent ensemble. Non… à la souffre d’une solitude effrayante !  Au moins, ce développement fait partie de ce qu’on appelle «acquiescement spirituel et la gestion des affaires humaines.» Elle vise à présenter une alternative au développement prédateur qui détruit la nature et menace même la survie de l’espèce humaine. En gros, elle est fondée sur la démocratie et sur la participation de la population au processus de décision.

Dans la clarté de la raison, la démarche mène à la science et dans le secret de l'âme, ne serait-ce pour la capacité de l'intellect à entretenir avec l'univers et le tréfonds de l'univers, un dialogue vivifiant.

Animistologie et cosmogonie   Marché de Carbone  Accroissement de la démographie  Criquets pèlerins   Les trésors de l'eau qui dort  

Retour début de la page

Le Retour à la page  Sommaire  

 


Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2013.