Accueil Contactez-nous Sommaire Recherche 

 

Eglise Animiste de la Première Alliance Cosmique avec OSIRIS

 

 

  LA CÉLÉBRATION DU CULTE ANIMISTE.

L'Église Animiste de notre Temps jouit d'une grande richesse liturgique qui malgré les aléas de l'histoire lui a permis de conserver la foi de ses fidèles créatures matures. Les célébrations, à la fois amples et populaires, ont toujours employé la langue locale. Elles sont à la fois un parfum d’Enseignement - Pratique et de  Louange. Les prières usuelles, comme  la contemplation sont orientées vers notre seigneur Osiris à la gloire de Dieu Amon-Râ, notre Dieu Unique. Les Louanges adressées à Osiris, à la déesse Isis Grande Déesse Mère de(s) Dieu(x) et Horus fils d'Isis et d'Osiris à la tête de faucon est appelé à devenir la manifestation du pouvoir solaire sur Terre en l' Égypte. En tous cas, que l’œil Horus veille, sur l’humanité tout entière.

Cela peut paraître complexe, mais il existait une tradition selon laquelle une culture nouvelle introduisait à chaque fois un Dieu original ou du moins, donnait une préséance à la divinité à travers la célébration de son culte. Ainsi, pour la Nouvelle Église animiste, le « Culte des Ancêtres » reste au centre de Rituel religieux dans le Temple Animiste. Et puis le « Culte d’Isis », le « Cultes des Mânes »,  pareil au «Culte des Morts Le salut des âmes solitaires.

Toutefois, le paysage Religieux Animiste contemporain apparaît ainsi comme extrêmement riche et fluide.

Le Culte Animiste est tout d’abord, le Culte des Ancêtres. Principe de solidarité en tout, entre diverses générations. La création de relations meilleures avec son époux(se), les membres de sa famille et de sa communauté d’origine, ses collègues, ainsi que leur aide réciproque, sont toutes reliées à la notion de « Salut. » L’une des caractéristiques traditionnelles de la Religion Animiste est le fait qu’il s’agisse d’une Religion des « relations humaines. » 

Ainsi, le Culte des Ancêtres souvent, analyser davantage comme un culte des morts, entraîne un nouveau questionnement concernant les notions traditionnelles de l’« Âme», d’« Esprit », pareil au « cosmos. »

Le Patriarche Noé l'Ancêtre « Universel ». Ainsi, sur Terre arrive une promesse divine, d’assurer solennellement l’humanité, qu’il n’y aura plus de déluge, de malédiction supplémentaire du sol, ni d’extermination de l’humanité. (Gn.8,21s. ;9,9) Un rêve de félicité !

Laisser la solidarité s’ouvrir comme une fleur d’espoir, entre les hommes, femmes créatures de Dieu. L'Ancêtre « Universel », en réalité, n’appartient ni à aucune Race, ni aucune Nation, d'Empire choisi, ni d'un peuple particulier. Assurément, l’humanité le reconnaîtra par son divin nom, son emblème universel : En hébreux Noah, pour les Sumériens, il est « Ziusu-dra », les Babyloniens « Um-Napishtim » et « Manou » pour les Indiens et les Africains, etc. Il est le symbole d’expression d’ouverture, Lumière du soleil et de solidarité  universelle.

Mais, cette Alliance regarde de deux côtés. La restitution de la terre après le déluge a été matériellement, la restauration de la situation antérieure, mais aussi, venant après le Jugement Originel, une figure de la nouvelle création. Et l'homme ne doit commettre le mal, pour se libérer de l'emprise de mal, sortir dans la sphère des mortels. L’Alliance avec le Patriarche Noé ancêtre universel, répète l’Alliance d’Eden, mais sert aussi de figure à la « nouvelle Alliance ». Dieu confirme ses premières dispositions qu’il n’a pas abrogées ; Il accorde encore la fécondité et la domination (Gn.9,1ss.) Et rappelle la création de l’homme en son image (Gn.9,2).  Et, comme le déluge y est le châtiment, le salut du patriarche Noé y est la démonstration de la faveur divine, et la figure de la rédemption..

Réjouissons-nous, la terre n'est plus sous l'empire du péché originel et l’inspiration des puissances adverses de l’humanité. 1 Néphi 2 : « Mais voici, moi Néphi, je vous montrerai que les tendres miséricordes du Seigneur sont sur tous ceux qu'il a choisis à cause de leur foi, pour leur donner de la puissance, même le pouvoir de se délivrer »

L’Église Animiste de Notre Temps, symbolise le monde visible et invisible, le sacrifice de tous nos prophètes, des théologiens nouveaux et anciens, hommes et les femmes, par Noé notre Ancêtre Universel, le but a toujours été de célébrer dignement de différents cultes :  le Rite Funéraire, le Tétramorphe, la Vie ou Mort et la Résurrection se départir dans la félicité.

Le culte de sacrifice ne s’offre et ne peut s’offrir qu’à Dieu universel et Unique. Et l’église a coutume de célébrer de temps à autres des célébrations en mémoire et en honneur des Divinités quelles que soient leur dimension géographique (locale, nationale, universelle). En effet, ce sacrifice ne leur est point offert, mais à notre Dieu Universel, seul qui les, a couronné d’une gloire immortelle. En ce sens que le « Chapre » Prêtre animiste crâne rasé, ne peut exprimer nommément la Divinité, il commence par prononcer le nom de Dieu notre Seigneur Osiris, ensuite, il désigne le nom de la Divinité. Mais en sacrifiant à Dieu Amon-Râ seul, c’est à dieu qu’il rend des actions de grâces pour les victoires éblouissantes des Divinités dont il implore la protection.  

Le Temple Animiste.  De si loin je suis parti ! N’avoir plus de chemin que celui qui nous porte vers toi Amon-Râ, notre Dieu aimé. Le Temple de Religion Animiste, Rappel Vivre, c'est être appelé à mourir un jour. Le mot TEMPLE ne désigne pas que des bâtiments faits de mains d’homme !  Alors que depuis des siècles et des siècles ce n’est qu’à  cet aspect matériel  qu’il est fait référence. Tout l’espace est tissé de décor bleu, pareil à la maison commune endimanchée. Le but subtil vise avant tout à réunir sous une même adoration, les différents cultes en vue de leur fusion et de contribuer ainsi à la paix sincère.

Aussi, il faut le dire, bien que lieu de culte, Le Temple Animiste reste presque à demi-clos, réservé au « Chapre » prêtre, ou prêtresse  « Chapresse » en raison de sa lourde charge quotidienne. Le peuple n’a accès que dans les parties extérieures, des salles particulières aux célébrations. Géographiquement, en principe l’entré principale est orientée vers le Nil. (Orient), pour rappeler à ses fidèles la direction d'où vient la Lumière Solaire.

En somme, le temple est un microcosme à l’image du monde : son sol est en terre, son plafond orné d’étoiles est le ciel, le Dieu Unique qui habite est le démiurge indispensable à la permanence de la création toujours menacée par les puissances destructives du chaos initial.  Les yeux fermés, naviguer dans la Lumière.  N’ayons pas peur de soi-même ! 

 

Le sanctuaire se compose d’une salle qui enclôt une pièce de petites dimensions contenant l’autel, où l’on déposait symboliquement les offrandes et le tabernacle, souvent monolithique, qui renferme la statue de Culte de la Divinité Isis (Déesse des Vierges Noires) et symbole de notre seigneur Osiris. Et cela explique pourquoi le Culte journalier est toujours le même quelle que soit la Divinité. Il s’agit de maintenir en bonne santé le Dieu qui y habite physiquement, matériellement. Il peut être consacré au Culte de « Noé ancêtre universel » par l’Alliance Cosmique avec l’Éternel. Dieu, se trouvait construit dans certaines grandes villes de chaque pays. Il était construit en brique de limon. Les pylônes étaient souvent décorés, à l’extérieur, de statues colossales d’Osiris, et flanqués d’ « Obélisques », symbole solaire.

Cependant, l’absence de Temple Animiste, comme c’est le cas à notre époque, devient relativement difficile aux adeptes, de satisfaire de manière convenable leurs activités religieuses. Car, prier en communauté est l’une des rencontres sociales, c’est aussi l’expression de communication divine. Et dire la prière de manière fréquente et attentive confirme l'humain dans toutes les vertus, le rend fort, intrépide, excite sa ferveur, en sorte que le mal n'ose plus l'approche. De plus, elle éclaire merveilleusement sa capacité Spirituelle sur tout ce qu'il doit faire, et le rend  familier avec la Vie Quotidienne.

Et la volonté de rester en éveil constamment d’être à l’écoute de son Âme, de son Esprit et de son Corps et bien-être. Ce que tout un chacun  constate ne serait-ce que par l’exploitation actuelle de la Peur dans le Grand Public, au nom de la Santé ou de la prétendue insécurité.

C’est un nouvel exemple concret de l’intérêt qu’il y a de se familiariser avec l’Enseignement et les Pratiques Animistes pour « Connaître »  et agir, au lieu de se contenter de subir, sans moyens de défense, les pressions émotionnelles si préjudiciables à notre Santé individuelle et collective.
Dériver pour moment. Certes, la grâce, les vertus et le secours général ne suffisent plus à notre époque. Il arrive des cas particuliers aussi nombreux qu'imprévus d’ordre matériel voire Spirituel, et on a besoin d'être dirigé par un Don particulier, tantôt de Sagesse et de Conseil, tantôt de Vive Lumière Intellectuelle. Surtout  ne plus être blessé par l’éclat du soleil !

Et de claire connaissance scientifique, tantôt de crainte, de grande force ou de douce pitié. Pour ainsi dire, tous ces dons disposent l'Âme et la font obéir volontiers aux aspirations de Dieu l’Éternel en nous.

  Les Activités Pratiques. A l’aube, « Chapre » prêtre, ou prêtresse  « Chapresse » de l'ordre ouvrent le temple, la maison de Dieu Amon-Râ ou la Maison Commune et préparent, règlent ainsi tout ce qui est nécessaire, à savoir : les cérémonies, les rites, les formules les prières et les chants. La liturgie est vraiment une chose sacrée.

Puis « Thoti » (Prêtre supérieur) le plus élevé en grade ouvre le NAOS ou tabernacle, dans lequel se trouve la statue du culte (divinité), souvent en or. Le rituel s’accompagne souvent de chants ou de récitatifs. On se guide aux étoiles !

Les jours de fête, la liturgie est dirigée par « ArchiThotis » (Grand Prêtre)  comporte un service solennel qui s’accompagne souvent de la « sortie » de Divinité. La statue divine est alors déposée dans un Noas portatif placé sur un modèle de barque, que les Chapre (prêtres) portent sur un brancard. Le cortège fait un circuit à l’intérieur de l’enceinte, hors du sanctuaire proprement dit, et la foule est admise et peut poser des questions à la Divinité, qui répond par le truchement des prêtres porteurs. En effet, par le biais du culte, l’humain ressent le besoin de Dieu intérieur, mais physiquement présent.

Les prêtres porteurs nous parlent sincèrement. Cependant force est de constater  que nous ne leur accordons souvent pas l’attention qu’ils méritent : d’où, le Mal Entendu à tous les niveaux. 

La protection de Dieu créateur. Car il nous aime sincèrement.  Pour ma part, je n’ai pas cessé de penser autrement. Toutefois, le maintient en parfaite santé de l’homme, de la femme, dépend avant tout de lui-même, par son hygiène de vie Mentale et Spirituelle. Concentration, détente et dynamisme ! Cependant, pour parvenir à ce résultat, vous détendre ou vous dynamiser selon le moment de la journée... il est indispensable  de ne ce « laisser faire », d’ouvrir grande la porte  à toutes les explications « Dogmatiques » qui veulent s’imposer à vous contre votre volonté !

 L’Église Animiste institue les rites sacrés tel que la prononciation, tantôt à voie haute, tantôt à voix basse des prières dans les Temples Religieux. Depuis, l’époque de l’Égypte antique, suivant les disciplines, le maintien de bénédictions mystiques, lumières, encensement, vêtements sacrés et en général, le processus normal est respecté, et tout est propre à relever la majesté d’un si grand sacrifice.

Ceux qui croiseront nos chemins, au niveau des fidèles ou profanes, qu’ils apprennent à connaître nos différents Cultes, en particulier le « Culte des Ancêtres », sa nature et son excellence, ses fins et son importance salutaire, communautaire, pour mener une vie de simplicité, Solidarité : Qu’ils en connaissent aussi les Rites et le calendrier des cérémonies sacrées de manière à ne pas rester purement passifs pendant l’assistance aux cultes sacrés, mais à y participer en s’unissant d’Esprit et de Cœur, dans la Foi et la charité, aux Grands Prêtres qui célèbrent.

  Les FlambeauxLe Temple doit être symboliquement éclairé par des flammes : les cierges. Ils traduisent le culte de feu, que l’on rencontre chez les Perses.  Le cierge représente un symbolisme ternaire que les écrivains religieux n’ont pas manqué de noter : pour eux, il est l’image de la trinité : Père, Fils et Saint-Esprit. Pour l’animiste, il représente le ternaire : Corps.., Âme.., Esprit... La Cire étant le Corps, la Mèche l’Ancêtre Divin, et la Flamme l’Esprit Solaire. Le cierge présente aussi un symbolisme vital, c’est-à-dire phallique certain... En outre la flamme du cierge reste vivante et rituelle. Mais, la matière du cierge doit être aussi pure et aussi naturelle que possible. Autrefois, seule la cire d’abeilles répondait à ces qualités. Aujourd’hui, le prix d’un tel cierge étant très élevé, on admet l’incorporation de la stéarine dans la composition. Enfin, les cierges dans le Temple Animiste représentent  le Feu sacré, et sauf un vain détail du rituel, cet usage ne devrait pas être délaissé.  

Retour début de la page

 les Fumigations    le Pain symbole du corps d'Osiris  Eucharistie dans le Rituel Animiste

  Le retour à la page  Sommaire

 

Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2004.  Conception du site  web : Antoine Oyabi.