LE CONCEPT  DE  RELIGION ORIGINELLE               

(GIF)

Que peut vous apporter un examen sérieux de l’idée de Dieu ? De Concept de religion originelle? Ou La représentation rationnelle de Dieu ? C'est étonnant de constater, depuis l'antiquité, de nos jours, l'idée de création de l'Univers par Dieu ou pas, alimente l'actualité. Le mot Dieu interpelle est un mot dont la charge émotionnelle est puissante. Revenons sur l’idée de Dieu, pour l’examiner de plus près, voir ce que la religion en a fait, et nous demander si une bonne part des problèmes que vous rencontrez aujourd’hui ne sont pas liés intrinsèquement à la représentation de Dieu, représentation qui continue de conduire de manière souterraine vos croyances actuelles.

Dans les croyances religieuses primitives, on rencontre des notions qui dominent la vie intellectuelle (le temps, l’espace…) qui sont des catégories.  Et on démontre que la religion est une chose sociale et que les représentations religieuses ne sont que des représentations collectives. Les rites sont des manières d’agir qui prennent naissance au sein de groupes assemblés. Donc si les catégories sont d’origine religieuse, elles doivent être des choses sociales, des produits de la pensée collective. Certes, l'on ne dit jamais comment l'idée de Dieu en venue dans un pays, puis le monde. Est-ce une Femme ou un Homme qui avait été à l'origine de Dieu créateur de l'Univers et protecteur des humains. Souvent, on parle de la femme, qui à travers ses travaux de guérisseuse, découvrit la force de l'énergie spirituelle. Mais, de-là, à créer la religion originelle, à l'état vers la religion très organisée de notre temps. La religion dit-on est à vrai dire, la manière dont  la femme conçoit l'environnement familiale.

Dieu ou l'Ancêtre

Le religion animiste distingue rigoureusement Dieu Créateur de l'Univers et l'Ancêtre une créature à l'image de Dieu. Le créateur Dieu est inaccessible. Toutefois il n'y a pas de Culte de Dieu. Car Dieu n'est ni humanisé ni rationnalisé! Le respect à l'image de Dieu reste entier. Nul ne peut exprimer la volonté de Dieu créateur!!! C'est vrai que vous devriez sans cesse remercier Dieu pour tous ses bienfaits et pour le simple fait d'être en vie chaque jour! Vous l'oubliez souvent, occupés que vous êtes à vos propres préoccupations et n'arrivant pas à se décentrer de vous-mêmes. Tout vous semble couler de source comme un dû et pourtant, rien n'arrive sans que Dieu l'ait voulu. 

Le Culte des Ancêtres. Le culte des ancêtres puise ses racines dans l’animisme et a pour vocation de perpétuer la mémoire de ses ancêtres afin qu'ils apportent leur bénédiction à la famille. Ceci vient du fait que les Égyptiens, pensent que l'homme descend du divin par ses ancêtres. Et puis l'ancêtre est donc un modèle à suivre pour ses descendants. Ainsi, l'influence animisme est immédiatement perceptible dans la culture, particulièrement dans la vie sociale et dans ses valeurs familiales et morales. Le principe est de faire des sacrifices aux mânes des défunts, sur leur tombe ou devant leurs tablettes ancestrales (installées dans chaque maison). Ces tablettes portent le nom et la date de naissance du défunt, ainsi qu'un petit réceptacle sur l'arrière contenant un papier où sont écrits les noms de ses ancêtres. On brûle régulièrement de l'encens devant la tablette funéraire, pour l'amour des vivants et des morts.

De l'autre côté, le Dieu des religions condense les rivalités et les divisons des religions qui en revendiquent une révélation exclusive. Il est le drapeau que l’on brandit dans toutes les guerres pour justifier des atrocités. Il est le symbole suprême de l’argument d’autorité. D’un côté, on s’en sert pour interdire par avance toute réflexion. De l’autre, on a prêté à Dieu dans la religion tant d’intentions malignes et revanchardes que le bon sens lui-même veut que l’on se détourne d’une idée aussi confuse. Ce qui sous-entend que la saine raison a de toute manière son mot à dire. Certes, la confusion que notre époque entretient au sujet de l’idée de Dieu est telle que la plupart des penseurs de notre temps hésitent à se servir du mot.

La Représentation Rationnelle de Dieu

 On peut supposer, en raisonnant de manière anthropologique, qu’à ses débuts l’humanité ne pouvait conceptualiser directement l’idée de Dieu ; surtout pas de manière rationnelle. La religion primitive ne dépend pas de la révélation. Il y a cependant  un lien entre l’appréhension archaïque de Dieu et sa mise en forme régulière sous la forme des religions. Si on veut résumer ce que l’anthropologie dit des origines primitives de l’idée de dieu, on peut en tirer ceci: Les hommes ne comprenaient pas les aspects de la vie qui les entouraient. Ils savaient par contre, sans aucun doute, qu’il y avait de la Vie et qu’ils en faisaient partie. Ils étaient d’emblée très spontanément animistes. Cette chose étrange qui les entourait, qu’ils ne comprenaient pas, leur apparaissait sous la forme de la pluie, du vent, du soleil, des plantes, des insectes, des animaux, sous une forme spectaculaire des feux de forêts, des éruptions, du tonnerre et de la foudre. L’homme primitif ne savait rien de tout cela. Il ne savait pas le pourquoi des phénomènes. Pourquoi les hommes mouraient, pourquoi la Nature pouvait se déchaîner dans des orages, des ouragans, des sécheresses qui pouvaient tout détruire. Dans une existence harassante, en butte à de constantes difficultés, où la survie était si difficile, il était naturel de chercher une protection. L’homme primitif luttait pour vivre, comme l’homme postmoderne lutte pour obtenir un bon niveau de vie.

Il fallait qu’il y eu une puissance dans cette manifestation, une puissance qui se produisait dans tout ce qu’ils pouvaient trouver de bien et de mal dans leur vie. Le fait d’être en permanence plongé dans le milieu de la Nature, de voir s’y succéder les cycles de jour et de nuit, les cycles des saisons, de voir les fleurs s’épanouir périodiquement et les feuilles tomber, dû porter spontanément les hommes à déifier la Nature. Il devait y avoir une sorte de force animée, un esprit dans chacun des phénomènes de la Nature. Les hommes imaginèrent donc sans difficulté un dieu de la pluie,  un dieu du soleil, un dieu de l’océan, un dieu du feu, etc.

La Nature était Peuplée de Génies

Les dieux devaient accomplir toutes choses, et comme on ne comprenait rien à tout cela, il fallait penser que les dieux agissaient selon leurs humeurs et leurs caprices. Les hommes pensèrent qu’il fallait influer sur les humeurs des dieux et leur plaire pour qu’ils deviennent favorables. Il fallait les approprier correctement pour qu’ils exaucent les vœux des hommes. Il fallait un sorcier dans la tribu et une magie pour relier le monde humain aux puissances célestes. Ainsi devaient naître toutes sortes de rituels pour invoquer l’esprit des dieux. Il fallait apaiser les dieux courroucés, il fallait honorer les dieux, il fallait tenter d’amener les dieux à satisfaire les demandes des hommes. Ainsi naquirent et se multiplièrent les rites de fertilité, les rites des saisons, les rites du passage de la mort, etc. Ainsi se formèrent ce que maintenant on appelle les « Coutumes Animistes ». Qu’il y ait une puissance de la Nature n’était certes pas en soi une idée fausse.

Le besoin de donner un sens aux phénomènes prodigieux de la Nature donna son élan à la formation des mythes culturels. Les mythes premiers donnèrent un sens à l’influence directe des pouvoirs sacrés de la vie. La transmission des mythes sous la forme de récits, de génération en génération, avec la force de la coutume, transforma les mythes en croyances. Les croyances devenaient ainsi des vérités premières auxquelles il était possible de se référer pour donner une explication de ce qui était très largement dans l’inconnu. Lorsque le mythe se mue en croyance, lorsque la croyance s’installe, elle devient dans la conscience collective une vérité. Dans la mutation du récit des origines en vérité, s’effectue  alors le passage du mythe vers la religion organisée.

La Religion Animiste est Monothéiste

Dans l’inconscient collectif, cette idée qu’il y a une puissance supérieure qu’il faut apaiser, louer, craindre et approprier de la bonne manière est encore très largement présente, elle est l’arrière fond mythique présent dans la représentation commune de la religion. Des religions dites « Animistes, païennes » aux religions socialement acceptées dans notre époque la distance n’est pas vraiment considérable. Les grandes religions enseignent encore cette idée qu’il y a une puissance supérieure qu’il faut apaiser par un rituel. Notre monde actuel connaît une multitude de religions, certaines honorant une pluralité de dieux, d’autres en vénérant un seul. On pense parfois que l’évolution des religions s’est faite en passant d’un polythéisme « animiste » ; vers le monothéisme fondé sur la « révélation ». Mais c’est un jugement de valeur rétrospectif du monothéisme lui-même. Aujourd’hui, il n’y a en fait, à y regarder de près, pas de polythéisme « chimiquement pur ». Ce qu’enseigne le polythéisme, c’est une représentation des puissances de la Nature, qui maintient simultanément qu’il y a aussi un Absolu sous-jacent, une unité sous la diversité. C’est très net par exemple dans l’hindouisme. Cette représentation de Dieu est celle d’un Démiurge à l’œuvre au sein de la Nature. C’est ce que l’on rencontre aussi dans la religion grecque. Ce sont les pouvoirs cosmiques délégués qui sont appelés les Dieux. La représentation de Dieu sous la forme d’un Créateur que l’on trouve dans les religions sémitiques est très différente. Elle ne peut pas être soutenue par une métaphysique de la Nature. Aussi bien, il est assez caractéristique que Shankara en Inde et Aristote en Grèce tous deux critiquent sévèrement le concept de création ex nihilo qui est justement central dans les religions du Livre.

Le concept de Créateur suppose nécessairement pour être défendu une Révélation, un Livre pour figurer Dieu sous une forme personnelle,  la Révélation étant la « parole de Dieu » adressée aux hommes. Or il n’y a pas une, mais des révélations. Il y a La Bible,  les Évangiles, le Coran, le Livre des Mormons etc. Ce à quoi répondra le croyant : il n’y a qu’une seule religion véritable. Et c’est précisément sur cette position que se structurent les grandes religions organisées de notre époque. Pas toutes, certainement, mais  les plus importantes sans aucun doute.   

En savoir plus:

Animisme Théogonie  statistiques   Population Humaine  Le destin de Cham fils de Noé  La Théorie Animisme par Tylor  La philosophie Primaire

 

Retour début de la page

   
Le Retour à la Page  Sommaire







 

Envoyez un courrier électronique à  eglise.animiste@wanadoo.fr  Pour toute question ou remarque concernant ce Site Web.  Copyright © 2013.